Accueil > Avril-Mai 2017 / N°40

Arnaque éthique au Crédit coopératif

Au Postillon, comme plein de gens à la recherche d’une banque « moins pire », on a un compte au Crédit coopératif. On n’a jamais eu beaucoup d’illusions sur cette banque, mais on croyait jusqu’à peu que cette structure se tenait quand même un peu éloignée des affres du capitalisme moderne. Sur le site internet de cette «  banque coopérative et engagée », on peut d’ailleurs lire qu’elle agit pour « une société où l’homme et son environnement priment sur le capital ». 
Alors on est allé voir de plus près. Et patatras. Les «  investissements socialement responsables » que propose la banque servent en fait à financer des entreprises comme Coca-Cola, Carrefour et Vinci. La « finance collaborative » permet avant tout à des riches de payer moins d’impôts, et comme toutes les autres banques, le Crédit coopératif pousse aussi ses clients à s’endetter.

« Des clients à forte utilité sociale », «  des produits bancaires pour agir », la communication du Crédit Coopératif fait rêver. Pour votre épargne, la «  banque engagée » vous propose par exemple des «  produits » labellisés ISR (Investissement socialement responsable). En général il s’agit de placer de l’argent dans une enveloppe d’assurance-vie ou un PEA (Plan d’épargne en actions) pour défiscaliser vos revenus. Ces produits financiers sont conçus par Ecofi, une filiale du Crédit coopératif.

« Épargne Éthique Actions » : un joli nom pour faire croire que votre argent est entre de bonnes mains. Sur le site d’Ecofi, Tony Boisseau, « Gérant Analyste Quantitatif » nous assure en costard cravate : «  Épargne Éthique Actions est une Sicav qui, dans le cadre d’une gestion dynamique, pratique une gestion socialement responsable (ISR) engagée (...). La Sicav n’investit pas dans les entreprises qui produisent ou commercialisent des armes de guerre. »
Une Sicav actions, c’est en gros un pack d’actions. Une action, c’est une part de la propriété d’une entreprise qui est placée en bourse. Acheter des actions renforce la valeur de l’entreprise et vous permet de percevoir en retour une partie de ses bénéfices (les dividendes).
Mais quelles sont les principales entreprises soutenues par cette Sicav « éthique » ? L’arrêté comptable de février 2017 du portefeuille de ce produit (document disponible sur Internet) nous apprend qu’il s’agit des géants du secteur financier (ING, AXA, Allianz), de la chimie (BASF), de la pharmaceutique (Sanofi), du gaz de schiste (Repsol) et même un peu de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes avec la multinationale Vinci. Mais vous n’avez rien vu : malgré l’engagement à propos des armes de guerre, cette Sicav investit également dans Siemens et Schneider Electric qui produisent directement pour l’industrie militaire. Schneider se vante même d’être une référence dans le domaine des lance-missiles de sous-marin nucléaire et des systèmes de contrôle pour missiles nucléaires.

Cette Sicav constitue 34 % de l’argent placé dans un autre fonds de placement « Faim et développement ». Si vous mettez votre argent ici, c’est sûrement que vous avez du cœur. D’ailleurs la page d’accueil du site de la banque proclame : «  mon épargne est solidaire depuis plus de 30 ans ».
Le reste de la présentation est un conte de fées : «  La faim et la pauvreté ne sont pas une fatalité : avec le fonds commun de placement Faim et Développement, je peux soutenir des projets qui œuvrent pour le développement des pays du Sud. » Mais dans quelles entreprises investit ce fonds ? Beaucoup de grands noms : en pointant le portefeuille d’actions et d’obligations on tombe sur Coca-cola, Danone, Heineken, Carrefour, LVMH (secteur du luxe made in France en Bulgarie), Christian Dior, Unilever (souvenez-vous des licenciements boursiers des Fralib), EDF, EADS (toujours dans l’armement), BMW, L’Oréal, BNP, Société Générale et même Bolloré, le roi de l’huile de palme. Oui, vous avez bien lu : en finançant ces multi-nationales, ce fonds est censé lutter contre la faim. Le terme « développement » s’applique-t-il d’abord aux bénéfices des actionnaires ?
Toujours aussi étrange : un autre fonds de placement est baptisé « Agir avec la fondation Abbé Pierre ». Sa raison d’être ? «  Le mal-logement doit se combattre sur tous les fronts ». Cette fois-ci, on peut remarquer que 6 % des actions achetées sont celles de la Solifap (Société d’investissements solidaires de la fondation Abbé Pierre). Pour le reste, par contre, on a du mal à voir le rapport avec le mal logement : on retrouve Ford, APRR (Autoroutes Paris Rhin-Rhône), Mercedes, Bureau Véritas, Unicrédit, Air liquide, etc. Que des amis des sans-abris.

Comment de telles aberrations « éthiques » sont-elles possibles ? On a essayé de poser la question au service presse du Crédit coopératif, qui n’a pas daigné nous répondre. Un ami banquier nous a par contre expliqué : « en fait personne ne cherche à quoi sert l’argent des fonds de placement. Tout le monde reste sur la communication, sans aller voir le détail des mouvements boursiers. Je suis persuadé que la majorité des conseillers financiers du Crédit coopératif doivent croire sincèrement au côté éthique des fonds de placement “Faim et développement” ou “Agir avec la fondation Abbé Pierre” ; parce qu’ils ne sont jamais allés gratter derrière la communication. »

En dehors des méandres de la Bourse, il y a d’autres solutions pour épargner au Crédit coopératif : c’est la fameuse finance participative ou crowdfunding. La banque se targue d’être « initiateur de la finance solidaire » afin de « participer à sa manière au développement d’une économie plus humaine et plus innovante ».

Concrètement, il faut payer des frais pour investir directement dans des «  projets sélectionnés ». La solution est intéressante pour les riches car elle permet de réduire ses impôts. Prenons un exemple : avec le Crédit coopératif et son partenaire Wiseed, « la plateforme pour les jeunes entreprises », vous pouvez participer au capital d’Altern’ Mobil. Ce «  leader français de la livraison en centre ville en véhicules électriques et triporteurs » est un des nombreux sous-traitants pour DHL et DPD. Cette petite boîte aide donc les géants de la logistique dans leur stratégie d’externalisation et d’éclatement des collectifs de travail. En parcourant le compte Facebook d’Altern’Mobil, on apprend qu’ils sont fiers de faire travailler leurs livreurs par moins 7° sans chauffage (voiture électrique oblige), qu’ils n’aiment pas payer les cotisations sociales et que le gérant s’est acheté une Tesla modèle S (90 000 euros minimum).
Pour ce soutien à une « économie plus humaine », vous serez récompensé par une réduction fiscale de 18 % et une réduction de votre impôt sur la fortune (ISF) de 50 % des sommes investies. Le rendement est assez aléatoire et dépend surtout de la faillite ou non de l’entreprise. L’intérêt de ce système est avant tout d’aider les riches à payer moins d’impôts pour faire payer à la collectivité les risques pris par les start-ups du nouvel esclavage collaboratif.

Et sinon, comment s’engage la banque « responsable » ? Il y a bien entendu les classiques livrets défiscalisés. « Avec le Livret A, je finance la construction de nouveaux logements sociaux, et j’agis pour l’accès de tous à un logement décent » assure le Crédit coopératif. Belle présentation, sauf que ce n’est pas la banque qui décide et gère ça mais l’État et la Caisse des dépôts (en en plaçant d’ailleurs une partie en bourse). Quelle que soit la banque, un Livret A finance le logement social, c’est un des rôles historiques de ce livret créé en 1818.

Comme toutes les autres, la «  banque engagée » ne veut pas voir seulement ses clients épargner, mais désire aussi leur filer des crédits. Sur le site internet, on peut trouver cette annonce : «  envie d’un canapé neuf pour le salon ? Avec le prêt à la consommation, je peux financer toutes sortes de projets. Un excellent moyen de conserver mon épargne ». Aussi fou que cela puisse paraître, la solution la plus saine financièrement si vous avez de l’épargne c’est de l’utiliser au lieu de faire un crédit. Mais en gardant de l’argent de côté, c’est plus juteux pour la banque car elle se rémunère sur votre encours d’épargne en même temps qu’elle encaisse les intérêts du crédit.

L’incitation du Crédit coopératif est totalement cynique pour une banque se proclamant «  éthique ». À l’échelle de la structure bancaire, la logique d’endettement consumériste est assumée et poussée par le Crédit coopératif et ses sociétaires, tout comme ses investissements soi-disant « éthiques » dans les grandes multinationales. De quoi animer la prochaine assemblée générale régionale qui aura lieu jeudi 12 mai à 15h30 à la Belle électrique, à laquelle sont conviés tous les titulaires de compte ?

PDF - 73.3 ko

Suite à la diffusion de cet article, il y a eu des nombreux retours. Extraits :

Dans Le Postillon n°41

Le Crédit Coercitif

Suite à notre article sur le Crédit coopératif, plusieurs lecteurs nous ont fait part de « pratiques ahurissantes » de la part du centre grenoblois, allant pour une personne jusqu’à une radiation aux raisons inexpliquées. Certains l’ont même rebaptisé le « crédit coercitif ». Par ailleurs, un lecteur nous a fait parvenir les rémunérations des dirigeants, et c’est vrai qu’elles font rêver : Jean-Louis Bancel, président du conseil d’administration, a par exemple touché 336 000 euros pour l’année 2015, quand François Dorémus, directeur général, a eu droit à 655 000 euros en 2015, année de son départ à la retraite. Le Code du travail énonce pourtant qu’« au sein des entreprises solidaires (…) la moyenne des sommes versées aux cinq salariés ou dirigeants les mieux rémunérés n’excède pas (…) cinq fois la rémunération annuelle perçue par un salarié à temps complet ». Mais c’est vrai que le Crédit coopératif n’est pas une « entreprise solidaire », elle se définit juste comme « la banque de l’économie sociale et solidaire de ma région ». Une nuance qui lui permet d’être vraiment solidaire avec ses dévoués dirigeants.

Dans le Postillon n°42

Exclusion sans préavis à la banque coopérative

Au Crédit coopératif, la « banque de l’économie sociale et solidaire » dont on parlait dans Le Postillon n°40, on peut se faire virer du jour au lendemain. C’est ce qui est arrivé à une association grenobloise, qui nous a conté cette galère : « on a reçu un avis de clôture de compte en recommandé à l’adresse du siège en mars 2016, après 14 ans dans cette banque. Quand j’ai montré le courrier à l’employé de l’accueil, il a halluciné. Il est allé chercher un supérieur, ils étaient gênés et m’ont expliqué que le nouveau manager trouve que les assos coûtent trop cher. » Deux mois plus tard, malgré l’opposition de l’association, un chèque est envoyé par la poste - à une mauvaise adresse, et sans recommandé ! - avec l’argent restant sur le compte. Celui-ci est loin d’être à sec : « Nous disposions de plus de 4 000 € sur le compte avec un mouvement mensuel de 30 €. C’est peu certes, mais cela témoignait que l’asso n’était pas morte ou oubliée », se souvient une bénévole blasée. Depuis un an, son association galère pour ouvrir un nouveau compte : « comme on est en direction collégiale, donc sans président, il y a toujours un justificatif de plus à fournir »… Le pire, c’est que cette pratique est légale. « Pour être viré d’une banque il y a trois motifs possibles : 1 - blanchiment d’argent 2 - Incivilité 3 - Un compte qui coûte de l’argent, c’est-à-dire tout simplement un compte courant avec un chéquier. Dans le jargon des banquiers, ça s’appelle “un nettoyage de portefeuille” ». Venant de LA banque des associations, comme le crédit coop se plaît à le dire dans ses pubs, le « nettoyage » reste en travers de la gorge.
Un particulier a eu le même genre de mésaventure : au printemps 2016, Seb a reçu une lettre lui annonçant la fermeture de son compte, sans aucune explication. Au téléphone, on lui répond que la banque « n’a pas d’obligation de donner une raison ». Il parvient quand même à obtenir un rendez-vous, où un monsieur explique la fermeture par un récent mouvement trop important sur son compte : il avait retiré 5 000 euros pour aider des connaissances en galère. « Le directeur du crédit coop, très zélé, a dû vouloir se couvrir au cas où j’aurais acheté des ceintures explosives à Bricorama avec cet argent », raconte Seb. Hélas, nous n’avons pas la place ici d’étaler toutes les réactions reçues suite à cet article : nombre de lecteurs nous font part de leur sidération, et certains nous demandent même quelle banque choisir. Déçu également par les banques, Le Postillon vous propose simplement de vider votre compte et de lui confier la somme en espèces.

Réponse du Crédit coopératif

« J’ai balancé dimanche le lien vers l’article sur le Crédit coopératif [NDR : voir Le Postillon n°40] sur Facebook, et ça tourne beaucoup. Du coup le Crédit coop se fait pourrir y compris sur ses « liens sponsorisés » (payants), d’où leur réponse en mode de droit de réponse ci-dessous. En gros ils confirment tout ce qui est dit dans l’article en tortillant un peu du cul, mais on peut être rassurés, ils nous parlerons plus de canapés, comme on apprend dans cet extrait : « En revanche, vous auriez pu lire sur notre site Internet : “Envie d’un canapé neuf pour le salon ? Avec le prêt à la consommation, je peux financer toutes sortes de projets. Un excellent moyen de conserver mon épargne” : nous reconnaissons que cette formule était maladroite. Elle ne correspond pas à notre vision du crédit et nous l’avons donc modifiée. » Comme quoi, le journalisme ne sert pas à rien. » S.

Dans Le Postillon n°43

Le marketing de l’éthique

Grâce à notre conseiller bancaire à nous, on avait publié dans le numéro 41 un papier dénonçant l’arnaque éthique du Crédit Coopératif. En juin, on l’a mis sur Internet, et depuis il a eu un gros succès, en étant lu, tweeté et liké des milliers de fois par des gens qui ne sont même pas de Grenoble. Parmi les nombreux retours reçus, il y a eu celui de Raphaël :

[à propos du crédit Coopératif] j’ai l’impression que vous mélangez un peu plein de choses différentes (bien qu’elles soient liées, je vous l’accorde). Notamment quand vous parlez d’Ecofi, filiale du Crédit Coopératif dans la « finance solidaire ». Effectivement, dans leur produit « Epargne Ethique Action » on retrouve comme « mieux notée ESG » (Environnement Social Gouvernance) Vivendi en tête, Axa en 2eme, L’Oréal en 4eme... Je suis d’accord avec vous, ce sont de gros méchants. Mais le problème ici ne tient pas au Crédit Coopératif, mais bien au système boursier dans son ensemble, puisque de fait les petites boîtes n’en font pas partie. Et personnellement je suis pour la fermeture définitive de la bourse.
Toutefois, on trouve aussi sur le site d’Ecofi un rapport concernant tous les financements d’association et ONG œuvrant vraiment pour le social, le climat, etc. Choses que ne font pas les autres... Alors oui on peut dire « c’est du greenwashing » mais ce sont tout de même des actes et pas que des mots. (...)
Faire un article à charge contre le Crédit Coopératif, pourquoi pas, c’est vrai que tout n’est pas rose, on serait bien naïf de les croire sur parole, par contre, il aurait été intéressant de sourcer votre article pour permettre au lecteur de chercher par lui-même et de vérifier ce que vous dites et de rappeler que malgré tout, ça reste la moins pire en France en ce qui concerne les investissements climaticides (dans le charbon, les pipelines, etc.) puisque le Crédit Coop’ n’en finance pas directement. Et que donc c’est une solution transitoire pour faire tomber les BNP, Société Générale et autre Crédit Agricole !

Alors on a demandé à notre conseiller bancaire à nous de lui répondre. Et on vous met sa prose parce qu’on trouve que ça explique bien comment le marketing de LA banque éthique sert juste à flatter l’égologie de ses clients (dont on fait toujours partie...).

En ce qui concerne le Crédit Coop’ et sa filiale maison Ecofi, ils font en gros des sélections « best in class » dans leurs choix d’actifs, comme toutes les banques dans leurs placements « éthiques ». La différence est qu’ils se positionnent de façon très agressive en termes marketing comme LA banque éthique (voir la campagne de pub actuelle). Comme vous dites le problème réside en partie dans le système bancaire, le contrôle de la bourse, dans les notations ESG bidon, etc. Donc quel intérêt d’aller au Crédit Coop’ ? Parce qu’il mentent mieux et donnent confiance avec des sermons sur les ONG ? Cette banque tombe quand même très bas en vendant des produits qui disent ne pas être des investissements dans la fabrication d’armes, et qui en réalité investissent joyeusement dans Dassault et Siemens. En restant à l’intérieur du cadre capitaliste et sans se faire trop d’illusions, on s’attendait à ce qu’ils aillent sur des valeurs telles que Wessanen, qui fabrique et distribue des produits bio et équitable (Bjorg, Clipper...). Il y a plein d’entreprises de ce type à l’intérieur du système capitaliste. Au lieu de ça ils font acheter à leurs clients Coca-Cola et Unilever, expliquez-moi la logique, moi je la trouve pas.
Vous parlez également de « banque la moins pire » car elle n’investit pas dans les activités climaticides. Je vous mets le lien vers le relevé de portefeuille d’un des produits d’Ecofi (1), vous avez l’embarras du choix en ce qui concerne les entreprises qui nous réchauffent, ma préférée c’est quand même Total, un des plus gros exploitants de pipelines, de puits pétroliers, de sables bitumineux et de raffineries au monde. En clair, oui, le Crédit Coop’ finance directement le réchauffement climatique, et c’est cette persistance dans le mensonge qui continue de me choquer.
Enfin, vous parlez du réseau de banques qu’il faut faire tomber, mais prenons le Crédit Agricole, c’est aussi une banque de détail qui rend un service important à la population avec un maillage territorial vaste pour éviter aux gens de prendre leur voiture pour aller à leur banque. Le Crédit Coop’ a un modèle quasi 100% digital, donc adieu le rôle social et local, on dégage les pauvres et les « illelectronisés », tout ça sous couvert de modernité. À mon sens le Crédit Coop’ est plutôt une étape vers la destruction de ce qu’il y avait encore d’intéressant, d’humain dans le réseau bancaire, au bénéfice des actionnaires des banques.
Pour conclure, mon inquiétude est que le marketing de l’éthique a permis de désamorcer la demande de vérité et les questionnements profonds de la population. Il semblerait que ce qui compte pour un consommateur c’est qu’il puisse se dégager de sa responsabilité et qu’on ne le charrie pas quand il sort sa carte bleue, or cette posture consumériste est très facile à absorber par la structure capitaliste. Le Crédit Coop’ l’a très bien compris avec sa recette magique : des frais élevés, un service client à la Free et beaucoup de communication.

(1) Ecofi a depuis, par souci d’opacité, retiré les PDF des relevés de portefeuille de leur site. Pour les lecteurs que ça intéresse, il y en a un sur notre site, en bas de l’article Arnaque éthique au Crédit Coopératif .