Accueil > Février / Mars 2013 / N°19

Copié collé, pas vu pas pris

Le Daubé daté du 9 décembre 2012 pondait une double page sur le « projet EcoCité » de la presqu’île avec un encart intitulé «  Décryptage » sans dire que la ville de Grenoble avait sorti un dossier de presse en amont. Nous publions ci-dessous quelques extraits de ces deux publications. Sauriez-vous reconnaître la plume des journalistes du Daubé qui « décryptent » l’information ?

1. « L’éclairage public : afin de permettre des économies d’énergie, lutter contre la pollution lumineuse et préserver la biodiversité, l’éclairage public bénéficiera d’une attention particulière et sera ajusté au plus près des besoins de chacun. Ce qui devrait permettre une économie d’énergie de 85 % par rapport à un éclairage historique au km. Un pilotage des éclairages selon les aménagements et avec un contrôle point par point sera testé sur la Presqu’île. »

« L’éclairage public : afin de permettre des économies d’énergie, lutter contre la pollution lumineuse et préserver la biodiversité, l’éclairage public sera ajusté au plus près des besoins de chacun. Ce qui devrait permettre une économie d’énergie de 85 % par rapport à un éclairage historique au km. Un pilotage des éclairages selon les aménagements et avec un contrôle point par point sera testé sur la Presqu’île. »

2. « Réseau électrique intelligent (smart grid) : interactif, il optimisera la gestion des pics de consommation, avec une électricité plus verte (intégration de la production d’énergies renouvelables et intermittentes) et l’installation de « compteurs communicants » dans les logements, transformant l’abonné en « consommateur ». Son innovation principale sera sa capacité de gérer l’adéquation entre production et demande en multifluide, énergie thermique comprise. »

« Réseau électrique intelligent ou smart grids. Interactif, il optimisera la gestion des pics de consommation, avec une électricité plus verte (intégration de la production d’énergies renouvelables et intermittentes) et l’installation de « compteurs communicants » dans les logements, transformant l’abonné en « consommateur ». Son innovation principale sera sa capacité de gérer l’adéquation entre production et demande en multifluide, énergie thermique comprise. »