Accueil > Décembre 2012 / N°18

Petit cynisme ordinaire

Le Daubé du 25 novembre consacre un article aux Restos du cœur : le nombre de repas servis ne cesse de croître, tout comme la précarité, et les centres de distribution sont pris d’assaut par une population qui se paupérise. Heureusement, il n’y a pas que des gueux à Grenoble puisqu’on apprend quelques pages plus loin que Michel Destot est allé inaugurer «  une boutique de bijoux fantaisie de luxe » parce que ça lui faisait «  plaisir » qu’il y ait « une boutique de plus dans le centre ville de Grenoble ». Les convives ont pu « regarder et acheter les bijoux tout au long de la soirée. Les contemplateurs n’étaient pas en reste puisqu’un buffet sur fond de musique jazz, ainsi qu’une tombola avec des bijoux à la clé, et des cadeaux pour tous, étaient prévus ».
À quand un peu de musique de jazz dans les Restos du cœur ?