Accueil > Décembre 2014 / N°28

Transferts

  • Le boss de l’urbanisme municipal passe au privé. Laurent Gaillard, ancien directeur de l’urbanisme à la mairie de Grenoble depuis 2003, a quitté l’administration publique cet été pour se faire recruter chez Aktis. Sa très bonne connaissance du cadastre devrait bien arranger les affaires de cette grosse agence d’architecture et d’urbanisme (n’ayant rien à voir avec le bailleur social Actis). On espère qu’il est parvenu à obtenir le salaire correspondant à ce savoir précieux.
  • Les cerveaux socialistes fuient à Paris. Décidément, ils vont bientôt pouvoir faire des réunions de section dans les TGV Paris-Grenoble. Après les deux sous-ministres Vallini et Fioraso, c’est au tour de l’ancien adjoint grenoblois Olivier Noblecourt de trouver un job à la capitale en devenant « conseiller politique » de la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem (JO du 10/10/14). Pour occuper ses soirées, il est également devenu « président du groupe de travail petite enfance » du think-thank social-libéral Terra Nova. Avec cet ancrage parisien, celui qui est toujours conseiller municipal de Grenoble et suppléant du député Destot se rapproche de son père, journaliste au Monde.
  • La girouette centriste se tourne vers la Savoie. Prêt à tout pour avoir du pouvoir, Philippe De Longevialle est déjà passé de la droite dure à la droite molle puis au centre du centre. Plusieurs fois candidat à Meylan, où il a failli devenir maire, il s’est finalement épanoui à Grenoble en tant qu’adjoint à l’immobilier. Après avoir densifié la ville et multiplié les projets immobiliers, il a finalement décidé de fuir en Savoie, où il habitait officieusement depuis plusieurs années (voir Le Postillon n°20) pour devenir « directeur adjoint de Métropole Savoie » en charge des transports. Bon vent !