Accueil > Avril-Mai 2017 / N°40

Dur avec les faibles, faible avec les (or)dures


Après le Bas-Rhin et l’Eure, c’est au tour du Conseil départemental de l’Isère d’organiser la chasse aux pauvres, et notamment aux allocataires du RSA. Jean-Pierre Barbier, président Les Républicains du conseil départemental de l’Isère, flirte intentionnellement avec l’illégalité en exigeant l’accès aux comptes bancaires des bénéficiaires du RSA. Le Postillon a eu une copie d’un courrier envoyé à deux allocataires différents, les invitant à venir à un rendez-vous pour « procéder à la vérification de l’ensemble des données vous concernant ». Afin «  d’optimiser cet échange », ils sont priés d’amener notamment « l’ensemble de leurs comptes bancaires et d’épargne des 6 derniers mois ». Il y a un flou juridique autour de la légalité de cette demande, nécessitant de lever le fameux « secret bancaire ». Un flou dans lequel s’engouffre le département, préférant traquer les pauvres plutôt que de surveiller à quoi servent les millions d’euros donnés à des grandes entreprises, des start-ups et autres adeptes de la fraude fiscale. On profite d’ailleurs de cette occasion pour se demander dans quel pays se trouve maintenant l’argent de Jacques Glénat. L’enquête sur les Panama Papers nous avait appris l’année dernière que l’éditeur grenoblois de bandes dessinées multipliait les magouilles pour faire transiter du cash et des œuvres d’art dans des paradis fiscaux. Des manœuvres qui ont échappé au département ?