Accueil > Octobre 2016 / N°37

Edito

Certains soirs de bouclage, on a de ces cas de conscience ! Est-il moral de publier des conversations privées ? Devons-nous acheter du café bio ou premier prix ? Prendre un vélo pas attaché dans la rue, est-ce voler ? Quelles sont nos limites - en avons-nous - concernant le choix de la photo en quatrième de couverture ? Le Postillon doit-il durablement coûter trois euros et garder ses quatre pages supplémentaires en couleurs et de qualité ?
Sur cette dernière question, incapables de trancher, nous avons sondé au pied levé un échantillon de douze mille personnes :

  • 92% y sont « plutôt favorables »
  • 4% y sont « plutôt défavorables »
  • 6% trouvent qu’il devrait être beaucoup plus cher « car il rend un service inestimable à la Liberté, à l’esprit des Lumières, et en plus je suis vraiment Charlie ». Des soutiens pareils, ça fait chaud au cœur. Vous avez gagné : on ne baissera pas les bras (ni le prix). Les chanceux qui se sont abonnés avant l’été bénéficient de l’ancien tarif. Les mécontents qui argumentent finement auprès de nos vendeurs à la criée, pareil. Les membres du Parti de gauche qui présentent leur carte, également : vous n’êtes pas rancuniers, ne soyons pas radins.