Accueil

Articles de ce numéro

  • Edito

    Certains soirs de bouclage, on a de ces cas de conscience ! Est-il moral de publier des conversations privées ? Devons-nous acheter du café bio ou premier prix ? Prendre un vélo pas attaché dans la rue, est-ce voler ? Quelles sont nos limites - en avons-nous - concernant le choix de la photo en quatrième de couverture ? Le Postillon doit-il durablement coûter trois euros et garder ses quatre pages supplémentaires en couleurs et de qualité ? Sur cette dernière question, incapables de trancher, nous (...)

  • Brèves

    Le Postillon chez le commissaire politique
    Commissaire : Ah Le Postillon ! Vous êtes sur une mauvaise pente, vous : lors du dernier conseil municipal de Grenoble, le 18 juillet, votre journal a été cité par le Front national ! Le Postillon : Et alors ? Commissaire : Vous commencez sérieusement à nous rappeler les heures les plus sombres de notre histoire ! Le conseiller municipal frontiste Alain Breuil a révélé au grand jour votre proximité intellectuelle. Lors d’un débat sur l’acquisition d’une (...)

  • Pourquoi le plan de sauvegarde est une « connerie »

    Une personne nous a transmis un échange de mails entre élus du Parti de gauche à la ville de Grenoble. On n’aime pas spécialement dévoiler des conversations privées, d’ailleurs on ne publie pas tout ce que l’on reçoit. Mais cet échange de mails est particulièrement instructif, notamment sur le « plan de sauvegarde » de la municipalité. Où l’on apprend que le co-secrétaire du Parti de gauche Alain Dontaine trouve ce plan « lamentable » et « d’une bêtise rare », que certains élus sont obligés de défendre « (...)

  • Grenoble sera-t-elle insoumise ?

    Peut-on être « insoumis » une fois arrivé au pouvoir ? Les militants de Mélenchon s’agitent pour la présidentielle avec un slogan phare : « La France insoumise ». À Grenoble, nombre de militants du Parti de gauche regrettent la soumission de leurs élus aux politiques d’austérité. Suite à la présentation du plan de sauvegarde, les co-secrétaires départementaux ont sorti un communiqué pour demander un moratoire et une consultation. Une demande qui pourrait paraître évidente, mais qui n’a pas plu aux instances (...)

  • La propagande apaisée

    Il n’y a pas qu’au Parti de gauche qu’il y a des déçus de la politique municipale. Ce printemps, l’ancien président du Réseau citoyen, une des composantes de la municipalité, a démissionné de son poste. Où l’on voit que la majorité a un penchant prononcé pour la propagande, et quelques difficultés dans le débat interne.
    Week-end de fin août, sur le marché de l’Estacade : trois personnes font signer une pétition contre une décision de la mairie. Des socialistes revanchards ? Des carignonistes en train de (...)

  • Libérons les données !

    A Grenoble, il y a une adjointe à la libération des données et à l’accès à l’information. Et pourtant, qu’il est difficile, par exemple, d’avoir les chiffres concernant le « plan de sauvegarde » de la municipalité. Combien ça permet d’économiser une bibliothèque fermée ? Quelles autres mesures aurait-on pu mettre en place ? Mystère..... En divulguant quelques données internes, Le Postillon espère lancer un mouvement de libération des données.

  • Fonte des budgets à Fontaine

    Comme toute la gauche de gauche, les communistes sont censés être contre l’austérité. À Grenoble, ils se sont d’ailleurs insurgés contre le « plan de sauvegarde » présenté par Piolle. Mais au pouvoir, les grandes envolées lyriques sonnent souvent un peu faux. À l’heure de la baisse des dotations de l’état, comment gère-t-on les restrictions budgétaires dans la banlieue rouge ? Reportage à Fontaine où syndicalistes et agents sont de plus en plus remontés contre la politique menée par le maire Trovero.

  • Requiem pour une bibliothèque

    Engagement n°110 de Piolle : « Maintenir et soutenir le réseau des quatorze bibliothèques municipales ». Deux ans plus tard, le « plan de sauvegarde » des services publics prévoit la fermeture de trois bibliothèques : deux sont déjà effectives et celle de la bibliothèque Alliance est prévue pour 2017. Un lieu de vie en moins pour les habitants des quartiers Alliés et Alpins. Reportage au cœur du secteur 4, à la rencontre d’habitants qui refusent de voir leur quartier transformé en désert culturel et social.

  • Ecopla de résistance

    On en a beaucoup entendu parler ces derniers temps, et même dans des médias nationaux. Dans la vallée du Grésivaudan se joue une histoire tristement banale : une usine rachetée par un riche étranger, des intérêts financiers qui conduisent à la fermeture, 77 employés sur le carreau... Mais depuis six mois, certains d’entre eux se battent pour reprendre cette activité en société coopérative (Scop). Cette usine, elle s’appelle Ecopla, et fabrique depuis une cinquantaine d’années des barquettes en aluminium pour l’agroalimentaire (Brossard, Marie, Brioche Dorée…). Ça vous fait une belle jambe ? Une pigiste du Postillon s’est faufilée parmi les salariés ces derniers mois et leur donne la parole.

  • Baignades volées

    Nous allons revenir sur l’événement journalistique de cet été 2016 : dans son numéro du mardi 23 août, un article paraissait dans Le Daubé pour raconter le bon temps d’avant, où l’on pouvait se baigner dans le Furon, la rivière à côté des cuves de Sassenage. Avec les quelques photos en noir & blanc d’usage, et les petits « souvenirs » d’antan, Le Daubé ne manque pas de rappeler que la baignade est aujourd’hui « strictement interdite pour des raisons de sécurité ».

  • La CIA a-t-elle coulé le Quick ?

    Le complotisme est aujourd’hui omniprésent sur internet. Dans la vraie vie grenobloise, il y a Julien (pseudo), qui dit être suivi et torturé à distance par l’OTAN. Il tient à faire connaître sa souffrance quotidienne par tous les moyens possibles. Par mail (que je reçois régulièrement), sur de larges panneaux lors des manifs contre la loi travail. Ou sur sa voiture, recouverte d’autocollants. Que se passe-t-il dans sa tête ?

  • Comboire le calice jusqu’à la lie

    Pas besoin de partir à l’autre bout du monde pour passer de bonnes vacances. Deux reporters du Postillon se sont complètement dépaysés en allant passer 24 heures dans le plus grand centre commercial de l’agglomération grenobloise, l’Espace Comboire.

  • Pour une réserve naturelle de crétins des Alpes

    Le Postillon propose aux promoteurs du parc de Belledonne de créer la première réserve naturelle mondiale de crétins des Alpes.(...) Si une telle expérience aboutit, on imagine aisément le nombre d’articles dans la presse internationale et les retombées économiques !

  • 115.brèves de fin

    Le département subventionne Apple
    Depuis plusieurs années, toute l’ambition des classes dirigeantes à propos des jeunes et de l’éducation consiste à les abreuver de gadgets technologiques. Et les élites de répéter ad nauseam que « le numérique améliore l’éducation », en essayant de faire croire que la présence accrue d’écrans pouvait faciliter la concentration et l’apprentissage (1). Alors que l’argent public manque de partout (hôpitaux, culture, associations, etc), il coule toujours à flots pour (...)