Accueil > Oct. / Nov. 2013 / N°22

Faut-il abattre des grenoblois pour remonter au classement ?

Tous les médias locaux en ont parlé, Les Nouvelles de Grenoble a même fait sa « une » dessus : Grenoble a été classé «  cinquième ville la plus innovante du monde ». Inutile de préciser que le maire Destot et ses fidèles adjoints se sont empressés de s’auto-congratuler, tout en soulignant le « sérieux » de ce classement, réalisé par le magazine économique américain Forbes. Pour Les Nouvelles de Grenoble, «  le critère retenu par Forbes est imparable : il s’agit du nombre de brevets déposés rapportés au nombre d’habitants ». Les brevets représentant la privatisation de la connaissance, il n’y a rien de glorieux à être la cinquième ville au monde selon ce critère. Les Grenoblois que nous sommes en avons même plutôt honte. Mais puisqu’il rend si fiers les élus, nous ne pouvons que leur suggérer de mettre en place une politique de dé-densification de la ville, qui baisserait drastiquement le nombre d’habitants, en ne gardant que les meilleurs – ceux qui produisent les brevets et permettent ainsi à des gros industriels de se faire plein de bénéfices. Si cette politique aboutit, Grenoble pourrait passer devant Malmö, San Francisco, San Diego et Eindhoven et être première ville la plus innovante du monde ! Allleeeeeeeeeez ! On va les poudrer ! Il n’y a que Grenoble ! Qui ne brevette pas n’est pas grenoblois !