Accueil > Février-Mars 2017 / N°39

Les collégiens de l’Isère vont avoir une tablette numérique Apple

Ineptes tablettes

C’est Noël après l’heure. Les élèves de cinquième de quinze collèges de l’Isère vont recevoir des tablettes numériques. Un cadeau du Conseil départemental, très fier de lancer son « Plan numérique », visant à terme à mettre dans les mains de chaque collégien un nouveau joujou numérique. Au XXIème siècle, toute l’ambition des classes dirigeantes, en l’occurrence ici la majorité Les Républicains du département, à propos des jeunes et de l’éducation consiste à les abreuver de gadgets technologiques. Quitte à gaspiller des millions d’euros d’argent public pour le plus grand bonheur de la multinationale Apple, qui s’apprête à embrigader plein de futurs clients.
Ces tablettes vont servir à «  lutter contre les inégalités et améliorer les apprentissages », assurent les communicants en ayant l’air d’y croire. Le Postillon pense exactement l’inverse et dresse, avec l’aide d’une enseignante concernée, les principaux enseignements de cette ineptie.

« Dans cette histoire, tout est extrêmement ridicule et rageant ». Michèle (pseudo) est professeure dans un des quinze collèges ciblés par le département de l’Isère pour déployer son « Plan numérique », ayant pour but de fournir une tablette numérique à chaque élève des 121 collèges du département. En commençant donc par quinze d’entre eux, répartis un peu partout en Isère. Pour cette année, ce sont juste les classes de cinquième des établissements heureux élus qui doivent être équipées de ces prothèses numériques. À terme, en 2019, tous les collégiens du département devraient en avoir. Les tablettes devaient arriver à la rentrée, puis cet automne. Elles vont finalement être livrées aux élèves en mars. C’est que tout le monde n’était pas follement enthousiaste à l’idée de recevoir ce cadeau empoisonné : « C’est un projet qui est à l’initiative de deux professeurs, raconte Michèle. Cet automne, l’ensemble des professeurs s’est trouvé face à la question de l’arrivée des tablettes et du contrat qu’il fallait signer. À ce moment-là, seuls cinq profs sur la petite trentaine qui enseigne à des cinquièmes ont accepté de signer ce contrat ».
Les doutes exprimés par les enseignants sont mal passés auprès du département, qui a estimé avoir beaucoup investi dans ce collège, en déboursant des milliers d’euros pour installer le wifi et le très haut débit. « Le département nous a menacés en disant : ‘‘si vous n’acceptez pas, vous n’aurez plus de sous pour développer l’informatique pendant dix ans’’. Selon eux, ce n’était pas du chantage, hein, c’était juste pour qu’on comprenne qu’il y a eu un investissement ».
Face à cette menace, une majorité de professeurs change d’avis. Non pas par enthousiasme pour les tablettes, mais par crainte du futur : «  Il y en a qui se sont dit qu’ils allaient peut-être quitter le collège dans les prochaines années, et qu’ils ne voulaient pas que leurs successeurs soient pénalisés par leurs choix. Et puis forcément, les contractuels ont accepté, parce que lorsqu’on est précaire on ne peut pas s’opposer. » Alors début janvier, lors d’un nouveau vote, une majorité se prononce en faveur des tablettes. On n’arrête pas l’invasion des écrans.

De l’argent, il y en a, et c’est Apple qui bénéficie de l’assistanat

Chaque tablette Apple modèle ipad Air 2, qui sera tout le temps « géolocalisable », vaut 480 euros (1). Pour équiper complètement les 15 collèges « pilotes », comptant au moins 500 élèves par établissement et une cinquantaine de professeurs, il faudra donc au moins 4 millions d’euros. Pour équiper à terme (objectif prévu pour 2019), les 65 000 collégiens de l’Isère et milliers de professeurs, le département et l’académie de Grenoble devront donc débourser au grand minimum 33 millions d’euros ! Et encore, au collège Europole de Grenoble, autre collège-pilote, «  l’établissement dispose de 30 € par élève pour acheter des applications » (1). Si cette mesure est maintenue, c’est deux millions qu’il faudra rajouter. Ce torrent d’argent public d’un département qui ne cesse de clamer qu’il désire « relancer l’économie locale » va aller remplir les caisses des Américains d’Apple. « À côté de ça, à cause du manque d’argent dans les collèges, remarque Michèle, dans mon collège, on n’a que 12 manuels pour deux classes de 24 élèves. Les élèves doivent se le partager en cours et n’ont pas le droit de le ramener chez eux ». En plus des millions pour l’achat des tablettes et des applications, la multinationale va pouvoir fidéliser plein « d’utilisateurs captifs ». Au lieu de promouvoir des logiciels libres dans un souci d’indépendance et de respect des libertés, on fait le choix d’Apple au risque de transformer nos élèves en consommateurs formatés. «  Ils font des tartines sur la laïcité (2), pour qu’il n’y ait aucun signe religieux qui rentre dans le collège, s’amuse Michèle. Mais avec les tablettes, ils font rentrer une grosse marque dans l’enseignement public et ça ne leur pose pas de problème. Dans les tablettes, tout est Apple, il n’y a pas de logiciel libre. Lors de la première formation, on parle tout en produit Apple, application Apple, Apple TV qu’il serait utile d’acheter… Et dire qu’en 5ème, on parle aux élèves du changement global, des ressources limitées à gérer. En 4ème, on fait des études de cas sur la mondialisation, des ravages de certains échanges commerciaux, et on évoque les usines de Foxconn, où sont fabriqués les produits Apple et les conditions de travail des salariés... Mais maintenant on doit apprendre aux gamins à être les consommateurs de cette grande multinationale, et de tous les ravages qu’elle cause. C’est ça les valeurs que l’éducation nationale doit inculquer ? »

Le numérique creuse les inégalités

Pour que leur enfant puisse avoir une tablette, chaque parent devra signer un « contrat de prêt de tablette numérique » avec le département. Les enseignants seront également obligés de signer ce contrat qui stipule qu’en cas de « dégradation volontaire » ou de « vol ou perte » de la tablette, les parents devront débourser 90 euros. 90 euros, c’est pas grand-chose par rapport au prix réel de la tablette (480€ !), mais c’est beaucoup pour des familles désargentées, pour un objet qui leur est imposé et qui ne leur appartient pas. « Dans mon collège, mes élèves sont en majorité boursiers, assure Michèle. C’est une charge supplémentaire potentielle. »
Que se passera-t-il si les parents refusent de signer ce contrat ? Leur enfant risque de se sentir un peu seul. Une référente-tablette du collège Europole, enseignante en allemand, « précise quand même qu’il va être difficile de suivre le cours sans tablette, d’autant que les tablettes ne doivent pas être prêtées (voir la convention). Ainsi, dans son cours elle ne laissera pas un élève suivre sur la tablette du voisin. Il sera un peu exclu de l’activité et fera un autre exercice(1). » Bonne ambiance. « Rien n’est vraiment réfléchi, s’emporte Michèle, la tablette est censée devenir un outil de travail indispensable. Est-ce que ça voudra dire qu’un gamin ne pourra plus bosser si la sienne tombe en panne ? ».

À quand les cours de désintox ?

Les élèves devront rapporter leur tablette chez eux, et la garder les week-ends ou les vacances. En signant le contrat, l’élève « s’engage à venir au collège avec une tablette dont la batterie est chargée au maximum de sa capacité ». Et tant pis s’ils ne déscotchent pas de leur écran, à la maison aussi. Comme dit une représentante du rectorat : «  il faut que les enfants soient éduqués à “l’usage de l’outil l’informatique” et des algorithmes au plus tôt » (1). Finis les livres et la poésie, voilà le monde des écrans et des algorithmes. Selon la propagande officielle déversée en réunion parents-profs (1), « avec la tablette, l’élève devient acteur de son éducation ». Il faut croire donc qu’en lisant un livre ou en écrivant sur du papier, on est bêtement passif : il faut slider et cliquer pour devenir « acteur ».
Michèle l’assure : « Moi aussi, je défends l’idée d’une éducation au numérique, à l’image et aux médias. C’est primordial d’apprendre à nos élèves ce qu’est un fait, une preuve, à faire la différence entre une idée, une idéologie, une rumeur, de décoder des images, un hoax. Évidemment que nous voulons former de futurs individus capables d’exercer leur pensée et faire usage de leur raison. Mais la tablette n’est qu’un outil numérique. Un outil onéreux qui donne accès à internet et à des applications. Soit. Mais on peut faire la même chose en salle informatique, qui existe, qui a un nombre suffisant d’ordinateurs et qui a un accès à internet... Et le soir, ça va être sympa la gestion de la tablette à la maison. Certains élèves surutilisent déjà les téléphones, sont déjà addicts aux écrans. Des parents viennent nous voir désemparés à cause de ça. Qu’est-ce qu’on va leur dire en leur imposant un écran en plus ? » 

(1) Ces informations sont tirées du compte-rendu de la FCPE (fédération des parents d’élèves) suite à la réunion du 17 janvier au sujet de l’arrivée des tablettes électroniques dans le collège Europole.

(2) L’article 6 de la Charte de la laïcité à l’école que tous les élèves de France doivent signer stipule que «  la laïcité de l’École offre aux élèves les conditions pour forger leur personnalité, exercer leur libre arbitre et faire l’apprentissage de la citoyenneté. Elle les protège de tout prosélytisme et de toute pression qui les empêcheraient de faire leurs propres choix. » Visiblement, l’invasion d’Apple n’est pas vue comme du prosélytisme.