Actualités

  • Retrouver le temps de se perdre

    Pourquoi avons-nous tenu si longtemps ? Douze ans à faire un journal tous les deux mois, cinq par an avec la pause estivale. Une régularité de métronome. Une discipline à toute épreuve.

    Jamais rien ni personne ne nous a obligés à tenir ce rythme. On aurait pu espacer. Ou en sauter un de temps en temps. Ou arrêter. Mais non. Depuis douze ans, tous les deux mois, un journal. Soixante-cinq numéros (avec le numéro zéro). C’est peu et beaucoup à la fois, surtout pour une petite équipe de branquignoles comme la nôtre. Vingt pages A3 tous les deux mois, c’est pas non plus l’amer à boire. Mais quand même : à chaque numéro, il y a plein de sujets commencés non-aboutis, et puis les articles qu’il faut terminer, décider lesquels paraîtront, les écrire, calibrer, réécrire, corriger, illustrer, maquetter, encore corriger, traquer le double espace, et enfin créer le PDF final. Souffler pendant les trois ou quatre jours d’impression et puis, les journées de distribution, de vente à la criée, d’envois, de réponses aux mails laissés dans le vent pendant des semaines. Après, une courte pause et replonger dans le numéro suivant. On se plaint pas hein, on raconte. À vrai dire, on est même plutôt heureux de se dépatouiller dans tout ce bordel.

    N’empêche qu’à chaque fois, les deux mois passent comme deux semaines, trop vite.
    C’était pas notre plan, il y a douze ans. Quand on a lancé ce canard, on avait bien marqué sur la une « parution à l’improviste  ». On voulait pas se mettre un boulet au pied. Quitte à être pas ou mal payés, autant ne pas avoir le stress du rétroplanning, autant avoir la liberté de pouvoir se perdre, de ne pas avoir une copie à rendre à date fixe.
    Mais en fait, au bout d’un moment on s’en est rendu compte : sans l’avoir planifié on sortait un journal tous les deux mois. Alors on a acté cette régularité. Le « parution à l’improviste » a laissé place sur la une du numéro 12 (octobre 2011) à « bimestriel à l’improviste » puis tout simplement à partir du numéro 13 « bimestriel ». Et depuis ce temps, cinquante numéros quand même, dix ans ma gueule, ça n’a pas changé.

    Le Postillon n’est plus «  à l’improviste », il est « bimestriel ». Pourquoi cette régularité ? Pour faire sérieux auprès des buralistes, des lecteurs ? Pour rassurer les abonnés ? Pour rentrer dans une case, pour être respectable ? Pour assurer quelques rentrées d’argent régulières et pouvoir (un peu) se payer ?

    Toujours est-il que dernièrement, on se sent un peu enfermés – notamment – par cette régularité. Il y a aussi les départs de certaines personnes, cette sordide psychose sanitaire et ses multiples prises de tête, l’indifférence croissante pour la presse papier en général, etc. Bref, on a un peu le sentiment de vivre une fin de cycle.

    Comment (se) donner de l’air, comment (se) surprendre ? Dans l’idéal, on aurait aimé changer la périodicité pour la réduire, passer en mensuel, ou en quinzomadaire, faire un journal sur le vif, plus nerveux, encore plus à l’arrach’ que maintenant, ruer dans les brancards. Jolis fantasmes mais force est de constater qu’on a pas les forces pour, en tout cas pour l’instant.

    Alors, à moyen terme, on va plutôt espacer. Faire des numéros plus conséquents mais moins souvent. Sûrement chambouler le format, le papier, la maquette (et donc aussi… le prix) [1]. À vrai dire on sait pas encore trop. Ce qui est sûr, c’est qu’on sortira un nouveau numéro spécial montagne avant l’été. Pour celui-là comme pour les prochains, on a surtout envie de retrouver le temps de se perdre.

Derniers articles en ligne

  • Quartier haute sécurité

    Quand Hubert était enfant, il n’y avait pas de grillages autour de sa barre d’immeubles de Pont-de-Claix. Pas de portail, pas de badge, pas de caméra, pas de pancartes d’interdiction dans le hall d’immeuble de «  sa » montée 5. Toutes sortes de réjouissances sécuritaires dont Hubert constate la multiplication à chaque fois qu’il rend visite à ses parents. Alors il revient dans ce texte sur quarante années « d’engrillagement » et se questionne sur cette extension du domaine de la méfiance.

  • La rivière qui n’existait pas

    Être un peu bourré, est-ce la bonne manière de se plonger dans les eaux de Grenoble ? Oui, et non. Parce que le risque de noyade est élevé, surtout l’hiver. Mais oui parce que l’imagination se déploie, et imaginer la ville et la vallée des centaines d’années en arrière, ça en demande beaucoup, de l’imagination. Sous les pavés de Grenoble, de l’eau ! Et pas n’importe laquelle : celle du Drac.

  • La déliquescence des musées

    Mais quelle malédiction touche donc les grands musées grenoblois ? Malgré les millions d’euros injectés, trois des grands bâtiments de l’Art avec un grand Q subissent avaries et fuites en tout genre. Quel musée est le plus déliquescent ? Émilette a mené l’enquête.

  • Le naufrage connecté

    Rions un peu avec Le Daubé du 9 décembre, qui nous raconte cet énorme scandale moderne. Pendant une semaine, une vingtaine d’habitants d’un petit hameau de la commune de Sarcenas, dans la Chartreuse, ont été « privés de téléphone et d’internet », à cause d’un arbre tombé sur le câble téléphonique. Sylvain Dutourtre, maire de la commune et habitant du hameau, décrit au quotidien local la « galère » en s’insurgeant du délai de réparation : « C’est un peu surprenant qu’au XXIème siècle, cela prenne autant de (...)

  • Mistral perdant

    Il y a un an (Le Postillon n°57), on évoquait l’école Anatole France du quartier Mistral à Grenoble qui, à cause d’une absurde règle administrative, n’était toujours pas classée en Rep (Réseau d’éducation prioritaire). Cette situation illogique entraîne un manque de reconnaissance et de moyens pour les instits y travaillant, qui se battent donc depuis longtemps pour que l’école soit en Rep. L’Éducation nationale a l’air d’être toujours autant à l’écoute de ses agents : non seulement leur demande n’a pas été (...)

  • La Poste, on a tous à y râler

    En France, qu’est-ce qui augmente presque aussi vite que la fortune des millionnaires ? Le prix du timbre pardi ! Quand nous avons lancé ce journal, on payait moins d’un euro pour envoyer notre journal (d’environ 110 grammes) en tarif écopli, autour de 80 centimes environ (on se souvient pas exactement). Douze ans plus tard, avec les nouveaux tarifs 2022, c’est 2,78 euros . Après ce plus-que-triplement, on ne devrait pas attendre longtemps (un, deux, trois ans ?) pour que le prix dépasse les trois (...)

  • La vidéoverbalisation à visage humain

    Éric Piolle a un nouveau combat qu’il développe dans l’Essor (28/01/2022) : que la « vidéoverbalisation automatique avec contrôles de plaques » soit enfin possible en France, vu que « ça se fait déjà dans toutes les grandes villes d’Europe ». S’il est toujours opposé « au déploiement, de façon générale, de la vidéosurveillance dans l’espace public » (malgré l’augmentation du nombre de caméras dans les rues – voir Le Postillon n°59), il milite donc pour que des caméras puissent automatiquement mettre des amendes à (...)

  • Bonne et mauvaise santé du numérique

    Dans le précédent numéro, on évoquait la « stratégie d’accélération santé numérique » mise en place par le gouvernement et déversant des milliards d’euros d’argent public sur les businessmen de la « e‑santé », des « Medtech » et de « l’hôpital connecté ». Cette stratégie comprend notamment la création automatique d’un « Espace numérique de santé » (ENS) à chaque usager du système de soin. Pièces et Main d’Œuvre (PMO) nous apprend que « selon l’appel à candidatures aux start up, éditeurs de logiciels et fabricants de (...)

  • Grapheal

    Début janvier, comme chaque année, une flopée de requins isérois s’est rendue au CES de Las Vegas (Consumer Electronic Show – le plus grand salon mondial des gadgets « innovants ») afin de draguer d’autres requins. Deux d’entre eux ont reçu une « récompense », dont Grapheal, distinguée dans la catégorie « santé & bien-être ». Cette boîte grenobloise issue du CNRS tente de surfer sur le très juteux business des tests Covid en mettant au point un « test salivaire numérique ultra-rapide » baptisé TestNPass. (...)

  • STMicro, Soitec : toujours plus d’eau pompée !

    Les marchands de puces ont le sourire, les business des machins connectés ne s’étant jamais aussi bien portés. « Dopé par le marché de la voiture autonome », STMicro Crolles va ainsi « investir plus d’un milliard d’euros » pour construire une deuxième extension de son usine de production de plaques de silicium. Parmi les constructions, il y aura « une seconde station de traitement des effluents liquides » car l’eau extra-pure consommée en milliards de milliards de litres est souillée après son passage dans (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1210