Actualités

  • Le Postillon de l’automne est sorti ! Lisez-le, mais surtout achetez-le

Derniers articles en ligne

  • MNA : que des tracas

    Ce sont des jeunes, partis sur les routes pour fuir la pauvreté ou l’ennui, le décès de parents, ou la guerre. L’administration les nomme MNA, pour « mineurs non accompagnés » : des jeunes mecs pour la plupart. Selon les chiffres du département, près de 1 200 sont arrivés en Isère en 2017, contre 700 en 2016. Face à leur arrivée, les limites du système actuel explosent. Le Département, chargé de les accueillir, dit n’avoir plus un sou, et traite ces exilés de « fraudeurs ». Les jeunes, malgré les traumatismes de l’exil, sont pris dans la tourmente administrative et ballottés de département en département. 

    Précision importante : dans l’article sur le journal papier, une Emilie de l’Adate témoigne. Il s’agit bien évidemment d’un pseudonyme, même si nous avons oublié de mettre un astérix pour le préciser, comme pour les autres prénoms cités. Toutes nos excuses à une "véritable" Emilie, qui s’est sentie visée par cette erreur.

  • Sous terre

    À Grenoble, on n’a pas de volcan, donc pas d’éruption, donc pas de Pompéi, pas d’endroit resté figé dans le temps à cause des sédiments volcaniques. Mais à défaut, on a des anciennes mines de ciment... C’est beaucoup moins spectaculaire certes, mais ce sont quand même des endroits où presque rien n’a bougé depuis souvent un siècle. Grâce à l’aide de deux minéphiles, Le Postillon part à la découverte de ce patrimoine local méprisé et pourtant plein de petits trésors.

  • A quand des mines de cobalt en Belledonne ?

    Vous êtes pour les véhicules électriques, les éoliennes, la dématérialisation, les médias numériques ou les panneaux solaires ? Mais êtes-vous pour l’ouverture de mines de cobalt en Belledonne ? à propos de la prise en charge des saloperies générées par l’extraction des métaux rares indispensables aux nouvelles technologies vendues comme « vertes », ça fait longtemps que l’Isère, la France, l’Occident ne font pas « leur part ». A quand un peu de cohérence ?

  • Bredouilles à la confluence

    En Occitanie et en Catalogne, les « dracs » sont des « créatures imaginaires de formes variables, dont la plupart sont considérées comme des dragons représentant le diable liés à l’eau et à ses dangers ». Dans la cuvette, le Drac est un torrent sagement canalisé. Mais que sait-on du Drac ? Que connaissons-nous de son histoire, de ses habitants,
    de ses îles, de ses méandres, de son artificialisation ?
    J’ai troqué la pêche aux infos pour celle aux poissons. Lolo est un passionné, alors je lui ai proposé de me faire découvrir le Drac en m’emmenant balancer des hameçons. Au fil des épisodes, on le remontera et on racontera plein d’histoires de chlore, de joggers, de « trous à canards », de barrages, de truites, d’inondation et peut-être même de dragons. Pour le début de ce feuilleton, on est allés à la confluence, l’endroit où le Drac se jette dans l’Isère.

  • Gilles Toureng & l’hôpital Potemkine

    Connaissez-vous les villages Potemkine ? Selon une légende russe, lors d’une visite au XVIIIème siècle de l’impératrice Catherine II, de luxueuses façades avaient été érigées à base de carton-pâte à la demande du ministre russe Potemkine afin de masquer la pauvreté des villages traversés. Aujourd’hui, les communicants font généralement le même genre de boulot que Potemkine, et cachent derrière des communiqués en carton-pâte la réalité vécue dans les entreprises ou les collectivités. Depuis le suicide d’un neurochirurgien en novembre dernier, l’hôpital de Grenoble est en pleine « crise ». La parole de certains soignants incapables de bien faire leur travail à cause de la pression de la « rentabilité » se libère petit à petit (voir page d’à côté). Pour masquer tout ça, la direction de l’hôpital communique à tout va, notamment grâce à l’aide de Gilles Toureng. Communicant depuis trente ans, cet énergumène en a vu des vertes (avec Alain Carignon) et des pas mûres (avec Jérôme Safar) dans sa longue carrière. Ce qui en fait un animateur de choix, que s’arrachent le Medef, la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises) ou encore GEM (Grenoble école de management) pour présenter des réunions (très très) ennuyeuses. Petit portrait d’un communicant Potemkine.

  • Comment réanimer l’hôpital ?

    « Je n’ai pas eu le courage de témoigner, mais quand je vois le film, je regrette. Alors je voudrais remercier ceux et celles qui l’ont fait. » C’était une curieuse soirée, ce 3 avril. Dans une salle du comité des alpes de rugby à Montbonnot, un film était projeté en avant-première. « Chu de Grenoble : la fin de l’omerta », c’est son titre, a pour but de « libérer la parole » autour de la dégradation des conditions de travail à l’hôpital de Grenoble. Le film durait seulement 26 minutes, mais a entraîné de multiples interventions. Et en toile de fond, la question centrale : comment inverser la tendance et améliorer les conditions de travail ? Compte-rendu chirurgical.

  • « La sécurité sociale est un western. »

    La Sécu, les vautours et moi – les enjeux de la protection sociale : tel est le titre du dernier opus commis par deux enseignants-chercheurs de la cuvette, Nicolas Pinsault et Richard Monvoisin, aux éditions du Détour. Entre livre d’histoire, manuel pratique, essai politique, c’est avant tout un ouvrage jouissif qui dit l’urgence de se réapproprier une conquête sociale majeure avant qu’elle ne succombe, dépecée par les becs avides des charognards libéraux. Discussion avec Richard Monvoisin.

  • Mourir sans enrichir les vautours

    Grenoble ville innovante ? Il arrive fréquemment que notre pauvre vieille technopole soit en retard d’un train, et que des initiatives percutantes viennent d’ailleurs et pas d’ici. Pour cet épisode : comment aller au paradis sans enrichir des vautours ? À transposer dans la cuvette. Ou pas.

  • Balance ton (directeur de) daubé

    Ça doit être un oubli. Mais c’est embêtant quand même : les lecteurs du Dauphiné Libéré n’ont pas pu lire une information pourtant très intéressante. Ne voyons pas le mal partout : l’erreur est humaine.

  • La connerie du XXIème siècle

    C’est un des nombreux points communs entre les piollistes et les macronistes, et tous ceux qui n’ont que le mot « progrès » à la bouche : croire qu’il y a un sens de l’Histoire et qu’on avancerait forcément vers quelque chose de mieux. Alors pour vanter leur réalisation, tous disent souvent que c’est « du XXIème siècle », et puis pour critiquer leurs adversaires, ils répètent souvent que leurs arguments sont « du XXème siècle ».

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 870