Actualités

  • Retrouver le temps de se perdre

    Pourquoi avons-nous tenu si longtemps ? Douze ans à faire un journal tous les deux mois, cinq par an avec la pause estivale. Une régularité de métronome. Une discipline à toute épreuve.

    Jamais rien ni personne ne nous a obligés à tenir ce rythme. On aurait pu espacer. Ou en sauter un de temps en temps. Ou arrêter. Mais non. Depuis douze ans, tous les deux mois, un journal. Soixante-cinq numéros (avec le numéro zéro). C’est peu et beaucoup à la fois, surtout pour une petite équipe de branquignoles comme la nôtre. Vingt pages A3 tous les deux mois, c’est pas non plus l’amer à boire. Mais quand même : à chaque numéro, il y a plein de sujets commencés non-aboutis, et puis les articles qu’il faut terminer, décider lesquels paraîtront, les écrire, calibrer, réécrire, corriger, illustrer, maquetter, encore corriger, traquer le double espace, et enfin créer le PDF final. Souffler pendant les trois ou quatre jours d’impression et puis, les journées de distribution, de vente à la criée, d’envois, de réponses aux mails laissés dans le vent pendant des semaines. Après, une courte pause et replonger dans le numéro suivant. On se plaint pas hein, on raconte. À vrai dire, on est même plutôt heureux de se dépatouiller dans tout ce bordel.

    N’empêche qu’à chaque fois, les deux mois passent comme deux semaines, trop vite.
    C’était pas notre plan, il y a douze ans. Quand on a lancé ce canard, on avait bien marqué sur la une « parution à l’improviste  ». On voulait pas se mettre un boulet au pied. Quitte à être pas ou mal payés, autant ne pas avoir le stress du rétroplanning, autant avoir la liberté de pouvoir se perdre, de ne pas avoir une copie à rendre à date fixe.
    Mais en fait, au bout d’un moment on s’en est rendu compte : sans l’avoir planifié on sortait un journal tous les deux mois. Alors on a acté cette régularité. Le « parution à l’improviste » a laissé place sur la une du numéro 12 (octobre 2011) à « bimestriel à l’improviste » puis tout simplement à partir du numéro 13 « bimestriel ». Et depuis ce temps, cinquante numéros quand même, dix ans ma gueule, ça n’a pas changé.

    Le Postillon n’est plus «  à l’improviste », il est « bimestriel ». Pourquoi cette régularité ? Pour faire sérieux auprès des buralistes, des lecteurs ? Pour rassurer les abonnés ? Pour rentrer dans une case, pour être respectable ? Pour assurer quelques rentrées d’argent régulières et pouvoir (un peu) se payer ?

    Toujours est-il que dernièrement, on se sent un peu enfermés – notamment – par cette régularité. Il y a aussi les départs de certaines personnes, cette sordide psychose sanitaire et ses multiples prises de tête, l’indifférence croissante pour la presse papier en général, etc. Bref, on a un peu le sentiment de vivre une fin de cycle.

    Comment (se) donner de l’air, comment (se) surprendre ? Dans l’idéal, on aurait aimé changer la périodicité pour la réduire, passer en mensuel, ou en quinzomadaire, faire un journal sur le vif, plus nerveux, encore plus à l’arrach’ que maintenant, ruer dans les brancards. Jolis fantasmes mais force est de constater qu’on a pas les forces pour, en tout cas pour l’instant.

    Alors, à moyen terme, on va plutôt espacer. Faire des numéros plus conséquents mais moins souvent. Sûrement chambouler le format, le papier, la maquette (et donc aussi… le prix) [1]. À vrai dire on sait pas encore trop. Ce qui est sûr, c’est qu’on sortira un nouveau numéro spécial montagne avant l’été. Pour celui-là comme pour les prochains, on a surtout envie de retrouver le temps de se perdre.

Derniers articles en ligne

  • À vos panneaux !

    Il y a deux numéros, nous avions lancé un concours à propos des très envahissants panneaux de la région Auvergne-Rhône-Alpes « Ici, la région agit pour votre commune », « Ici la région agit pour la montagne ». Un pullulement abject : si toutes les collectivités se mettaient à réclamer leur affichage à chaque somme déboursée, on croulerait sous ces hideuses publicités. Donc en septembre, on écrivait : « Le Postillon offrira un abonnement à la personne qui déboulonnera et nous apportera un max de ces panneaux à (...)

  • La cuvette micro-onde

    Combien d’ondes se bouffe-t-on dans la Capitale Verte ? Le 25 novembre dernier, la fédération Drôme Ardèche Isère des collectifs de riverains d’antennes-relais a effectué des mesures de rayonnements électromagnétiques, générés par les antennes-relais de téléphonie mobile. Après 29 mesures effectuées, « la moyenne des mesures s’établit à 8,46 V/m alors qu’en 2016 elle était de 4,52 V/m soit une augmentation de l’exposition des personnes de 87 %. […] L’arrivée de la 4G, 4G+,5G augmente considérablement l’intensité (...)

  • Les QR-codes à la poubelle !

    Les QR-codes, voilà les nouveaux envahisseurs ! Ils sont partout, sur les passes bien sûr, mais aussi dans n’importe quel tract, dépliant, support publicitaire. La députée Émilie Chalas, toujours en avance dans la décadence numérique, a fait coller des affiches A0 remplies d’un seul immense QR-code, renvoyant vers son bilan de mandat. Face à cette invasion angoissante, on pourrait espérer que des pouvoirs publics soucieux de l’intérêt commun développent une politique saine : mettre tous les QR-codes à (...)

  • Les réunions vont sauver le monde

    Qui a lu le « Plan climat air énergie 2020-2030 » de la Métropole grenobloise ? Nous-mêmes avions reculé devant cette laborieuse tâche. Jusqu’à le parcourir un peu et tomber sur cette petite perle, page 247, dans la partie visant à « inciter les acteurs économiques au changement ». 70 « partenaires » se sont engagés à « tenir compte des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans les décisions qu’ils sont amenés à prendre, à considérer la sobriété énergétique comme la priorité de leur (...)

  • LA PRESCRIPTION DU DR VÉRAN : ENCORE PLUS D’ÉCRANS

    Partout, le désert médical progresse. Services d’urgences fermés la nuit, impossibilité de trouver un médecin traitant, délais d’attente s’allongeant pour avoir accès à un spécialiste : à Grenoble comme ailleurs, l’offre de soins dans la « start-up nation » est en chute libre.
    Quels remèdes face à ce terrible diagnostic ? Sans aucune originalité, le ministre de la Santé Olivier Véran impose un traitement : « Dans le domaine de la santé, le numérique il va être partout, il est déjà partout mais il sera encore plus partout.  »

  • Le « dégradé » à la mode

    Alors que le service des urgences de la clinique mutualiste et de l’hôpital de Voiron fonctionnent en mode très «  dégradé », n’acceptant plus de patients la nuit sauf cas extrêmes, comment ça se passe aux dernières urgences fonctionnelles de la cuvette ? Mi-novembre, Le Postillon a passé un bout de nuit dans celles de l’hôpital Nord, et papoté avec quelques patients et soignantes.

  • La fiche lecture

    Marion Honnoré, Devenir Gilet jaune, Histoire sensible d’une lutte, Le monde à l’envers, 2021

  • Les princes de la ville

    Au Postillon, on nous reproche très (trop) régulièrement de ne pas assez parler de choses « positives ». Faut dire qu’on est des durs à jouir. Non pas qu’on trouve qu’il ne se passe rien de bien dans le coin. Mais c’est pas tous les jours qu’on nous fait rêver et voyager tout en restant dans la cuvette.
    C’est ce qui s’est passé quand on a déboulé sur le toit de l’IGA, énorme bâtiment inoccupé depuis près de vingt ans. On nous avait parlé de « bar clando », on a découvert un « lieu d’échanges et de partage » autant inattendu que magnifique, porté par deux « princes de la ville » sans-papiers.

  • Dans le monde de Nasa

    Dans presque chaque coin de la ville, il y a des personnages emblématiques qu’on croise quotidiennement, cantonnés dans un périmètre restreint. Points fixes humains sur le passage de vies tout aussi routinières, on les remarque et on passe souvent devant avec un mélange de curiosité et de défiance. Sans oser s’arrêter et prendre le temps de rencontrer le monde de ces figures pourtant si familières.

    Nasa habite rue de la résistance à Saint-Martin-le-Vinoux. À deux pas de la Casamaures, son carré de façade sort de l’ordinaire urbain, presque autant que l’architecture luxuriante de la villa mauresque voisine. Quelques chaises sont disposées sur le trottoir. Sur la porte de l’appartement de Nasa, situé au rez-de-chaussée d’une maison occupée par Anne-Marie et sa famille, est cloutée une pancarte qui semble signifier « attention, moutons  » ; une lourde chaîne métallique et une grosse souche de bois sont suspendues au volet ; la porte est entrouverte sur une atmosphère sombre. Intrigué, je frappe à la porte. Je suivrai Nasa pendant six mois, et certainement plus encore.

  • C’est pour qui la galette ?

    Récemment je suis allée me promener dans le quartier des Essarts à Echirolles, comme ça, pour voir. En fait c’est faux : on va jamais se promener dans ce quartier. Il fait partie des quartiers les plus pauvres de l’agglo, alors quand on entend parler de lui, c’est (presque) uniquement pour des histoires de violence ou de drogue. Et pourtant, des habitantes ont tellement d’autres choses à dire.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1210