Actualités

  • Procès Emmaüs : Le Postillon relaxé

    Le 26 mars dernier, on passait en procès au tribunal de Grenoble, après avoir été attaqué pour diffamation par Emmaüs Grenoble. Plus précisément par François Potin et Jean-Pierre Polidori, respectivement président et responsable d’Emmaüs Grenoble, dont les actes avaient été critiqués dans un article paru dans Le Postillon n°47 (automne 2018).

    Autant dire que quand on a reçu les citations à comparaître, on n’a pas été très fier. Avoir un procès contre un grand élu ou patron, c’est presque glorieux. Contre Emmaüs, c’est assez dépitant.

    Alors à l’époque, on leur avait écrit un mail, aux deux responsables d’Emmaüs.

    "On avait depuis longtemps entendu la rumeur d’une attaque judiciaire, mais on se disait "non, ce serait stupide de leur part".

    En attendant, on n’avait pas mis l’article en question sur Internet, comme on aurait dû le faire il y a trois semaines. Parce que comme mentionné dans l’article ce n’était pas un "plaisir" pour nous d’écrire un article sur Emmaüs : attaquer une structure sociale, c’est pas notre ligne éditoriale. Seulement, vu tous les témoignages parvenus, on ne pouvait pas éviter ce sujet. On l’a fait de la manière qu’on a estimé la plus juste - et on sait que vous n’êtes pas d’accord avec cette "justesse". On l’a fait en espérant "rafraîchir des idées" et apaiser la situation, sans vouloir s’étendre sur ce sujet et faire de la lutte contre les dirigeants d’Emmaüs un étendard. Ne pas mettre l’article sur Internet était aussi une manière de montrer cette volonté : sans existence numérique dans trois mois tout le monde aura oublié ce papier et vous pourrez continuer vos activités sans autre question dérangeante.

    Visiblement, vous ne voulez pas en rester là. On n’est pas bien placé pour juger, mais on pense que ce n’est pas stratégique de votre part.

    Car si vous nous attaquez, on va mettre l’article sur Internet, coller des affiches qui parleront de ce sujet, faire des nouveaux dessins, des nouvelles caricatures : dans les prochains mois, on parlera forcément beaucoup d’Emmaüs, et donc de vous.

    Quelle que soit l’issue du procès, je ne pense pas que cela vous fasse de la bonne publicité. Surtout qu’on est confiants à propos de la solidité de notre dossier.

    Si en revanche vous abandonnez les poursuites, on ne parlera plus d’Emmaüs les prochains temps. Peut-être la meilleure des choses pour tout le monde."

    C’était une sorte de tentative de conciliation. Mais on a jamais eu de réponse à ce mail. Ou plutôt si : on a reçu une lettre recommandée de l’avocat d’Emmaüs nous expliquant que ses clients avaient pris ce mail comme une "menace".

    D’ailleurs il s’en est même servi pendant sa plaidoirie, en s’insurgeant contre nos "méthodes". S’il est insupportable pour lui qu’on puisse diffamer Emmaüs, il n’a contredit aucun des faits énoncés dans notre article, et pour cause : on n’a fait que retranscrire la vérité.
    Son argumentaire n’a pas convaincu madame la juge : ce 14 mai, elle nous a entièrement relaxés.
    De plus elle a condamné François Potin et Jean-Pierre Polidori à nous verser 1000 euros solidairement en guise de "dommages et intérêts". Comme nous nous y étions engagés, nous reverserons cette somme, une fois déduits nos frais de justice, à Emmaüs.

    La morale de cette histoire, c’est qu’il vaut mieux suivre les conseils du Postillon. Si messieurs Potin et Polidori hésitent à faire appel, on espère qu’ils tireront les leçons de cette morale.

    Afin que chacun puisse se faire son avis, nous mettons donc l’article incriminé en ligne. Bonne lecture !

    https://www.lepostillon.org/Ou-va-Emmaus-Grenoble-1027.html

Derniers articles en ligne

  • Courrier des Lecteurs

    Ne nous posons plus de questions
    Des internautes nous ont offert de belles réactions sur l’article « Ingénieurs : Pourquoi ? » du Postillon n°47, qui a été publié sur le site Agoravox. Le commentaire de Zelco est notre number one. Après avoir cité une de nos phrases : « En école d’ingé, on apprend à répondre aux questions “comment ?” mais jamais “pourquoi ?” », il s’emballe : « C’est sûr que si vous ne comprenez pas ça, vous n’avez rien à foutre comme ingénieur. Et non, je ne peux pas vous expliquer, car c’est (...)

  • Ever Clean Hand

    Pourquoi profiter de la vie quand on peut flipper de tout, et surtout des milliards de miasmes et de bactéries qui se promènent autour de nous ? Les humains, c’est sale et ça se refile plein de saloperies en s’embrassant ou en se serrant la main. Heureusement, une start-up grenobloise a pondu une grosse machine pour garantir des mains sans bactéries. L’entreprise s’appelle Ever Clean Hand, et elle tente de commercialiser une grosse « borne désinfectante » à installer dans des entreprises pour que (...)

  • Rip, le Ric d’Éric ?

    Le maire de Grenoble a surfé sur la vague de demande d’un Ric (Référendum d’initiative citoyenne) portée par les gilets jaunes pour promouvoir ses prétendues « expérimentations démocratiques ». Le dispositif de « votation citoyenne » n’a pourtant servi à rien pour l’instant, l’initiative en faveur des bibliothèques ayant été refusée par la mairie, la seule ayant abouti (à propos de la concertation sur le stationnement) n’a pas permis aux pétitionnaires d’avoir gain de cause, bien qu’ils aient obtenu plus de (...)

  • Annulez l’agrandissement de l’A480 d’abord !

    Comment prétendre agir contre le réchauffement climatique et « en même temps » autoriser Area à ajouter une voie à l’A480 ? Ils sont emmerdés à la Métropole : comme la conscience des ravages à venir des changements climatiques s’est aiguisée ces derniers mois, ils en font des tonnes sur le futur Plan air énergie climat. On est même invités à participer, c’est dire. Dans une vidéo, le vice-président de la Métropole à l’environnement, à l’air et au climat, Jérôme Dutroncy, appelle à l’aide : « Le dérèglement (...)

  • Les écrans tuent aussi le foot

    Un supporter de foot nous a fait passer La voix du RK, la « feuille d’info du Red Kaos 1994 » (le Red Kaos est un club de supporters de football du GF38) distribué le 1er décembre à l’occasion du match Grenoble-Metz. On y trouve notamment ce passage : « Coup de gueule ! Depuis le début de la saison et le retour en Ligue 2, nous assistons à des dérives de la tribune que nous ne constatons pas en National/CFA et encore moins en CFA2… Déjà, les Smartphones sont de sortie… et plus que ce qu’il ne faut ! (...)

  • 2020 c’est demain

    T’as vu les candidats pour les prochaines municipales ? C’est chaud frère. Pour que Grenoble rayonne enfin, pour ambiancer la cuvette, Le Postillon se présente aussi. Problème : on n’a jamais signé nos textes, du coup personne ne nous connaît. Autant trouver une tête de liste vraiment bankable. Pourquoi pas toi, sista ?
    Ch. H/F 18+ hab. Gre. CDD 6 ans (renouv.) dispo pr 2-3 meetings, 1er/2e tour. 0 comp. requise. APL à jour. Discours écrits par nos soins. Votre tête partout ds Gre. Gloire assurée. CT (...)

  • Quizz - Qui a dit ?

    Qui a dit ?
    « Si chacun des gilets jaunes sur les ronds-points était allé voter, eh bien on n’aurait peut-être pas Emmanuel Macron comme président. » Éric Piolle, l’inspecteur du Ric. Julien Terrier, ressorti de son trou. Émilie Chalas, première de la classe. Michel Destot, Michel qui ? Mireille d’Ornano, seule membre des Patriotes de l’Isère.
    Réponse : Chalalalalalas dans Place Gre’net, le (...)

  • La e-réputation pour lutter contre Le Postillon

    En novembre, on a été tout surpris de tomber sur une longue interview d’Yveline Denat sur internet. La directrice de cabinet du maire de Pont-de-Claix est longuement interrogée sur son parcours, sa formation, sa « passion pour l’art » (on apprend notamment qu’elle adore les nouvelles grandes tours hideuses de Marseille) ou ses grandes analyses sur le monde du type : « scientifiques et artistes nous posent la question de l’évolution de l’humanité ». Mais pourquoi cette interview ? Qui a bien pu avoir (...)

  • À bas les marques !

    Merveille de notre époque mondialisée : dans la communication, toutes les métropoles sont uniques et originales alors qu’elles s’uniformisent de plus en plus. Pour essayer de se faire remarquer, chacune met en avant une « marque », des mots de novlangue vides de sens. Il y a quelques années, la municipalité Destot avait essayé de vendre Grenoble sous le nom de PlayGrenoble. Devant le bide, ce nom a été abandonné. Depuis deux ans, le département de l’Isère communique à grands coups de Alpes Is(h)ere, (...)

  • Retour à la case tribunal avec Emmaüs

    Après les poursuites intentées par Christophe Ferrari et Yveline Denat, voilà un deuxième procès en perspective pour Le Postillon. Notre article « Où va Emmaüs Grenoble ? » paru dans Le Postillon n°47, nous a valu trois citations à comparaître de la part de Jean-Pierre Polidori, référent d’Emmaüs Grenoble, François Potin, président d’Emmaüs Grenoble, et de la structure Emmaüs Grenoble elle-même. Ils nous réclament des milliers d’euros pour réparer une supposée « diffamation ». On disait déjà dans l’article que (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 940