Actualités

  • Retrouver le temps de se perdre

    Pourquoi avons-nous tenu si longtemps ? Douze ans à faire un journal tous les deux mois, cinq par an avec la pause estivale. Une régularité de métronome. Une discipline à toute épreuve.

    Jamais rien ni personne ne nous a obligés à tenir ce rythme. On aurait pu espacer. Ou en sauter un de temps en temps. Ou arrêter. Mais non. Depuis douze ans, tous les deux mois, un journal. Soixante-cinq numéros (avec le numéro zéro). C’est peu et beaucoup à la fois, surtout pour une petite équipe de branquignoles comme la nôtre. Vingt pages A3 tous les deux mois, c’est pas non plus l’amer à boire. Mais quand même : à chaque numéro, il y a plein de sujets commencés non-aboutis, et puis les articles qu’il faut terminer, décider lesquels paraîtront, les écrire, calibrer, réécrire, corriger, illustrer, maquetter, encore corriger, traquer le double espace, et enfin créer le PDF final. Souffler pendant les trois ou quatre jours d’impression et puis, les journées de distribution, de vente à la criée, d’envois, de réponses aux mails laissés dans le vent pendant des semaines. Après, une courte pause et replonger dans le numéro suivant. On se plaint pas hein, on raconte. À vrai dire, on est même plutôt heureux de se dépatouiller dans tout ce bordel.

    N’empêche qu’à chaque fois, les deux mois passent comme deux semaines, trop vite.
    C’était pas notre plan, il y a douze ans. Quand on a lancé ce canard, on avait bien marqué sur la une « parution à l’improviste  ». On voulait pas se mettre un boulet au pied. Quitte à être pas ou mal payés, autant ne pas avoir le stress du rétroplanning, autant avoir la liberté de pouvoir se perdre, de ne pas avoir une copie à rendre à date fixe.
    Mais en fait, au bout d’un moment on s’en est rendu compte : sans l’avoir planifié on sortait un journal tous les deux mois. Alors on a acté cette régularité. Le « parution à l’improviste » a laissé place sur la une du numéro 12 (octobre 2011) à « bimestriel à l’improviste » puis tout simplement à partir du numéro 13 « bimestriel ». Et depuis ce temps, cinquante numéros quand même, dix ans ma gueule, ça n’a pas changé.

    Le Postillon n’est plus «  à l’improviste », il est « bimestriel ». Pourquoi cette régularité ? Pour faire sérieux auprès des buralistes, des lecteurs ? Pour rassurer les abonnés ? Pour rentrer dans une case, pour être respectable ? Pour assurer quelques rentrées d’argent régulières et pouvoir (un peu) se payer ?

    Toujours est-il que dernièrement, on se sent un peu enfermés – notamment – par cette régularité. Il y a aussi les départs de certaines personnes, cette sordide psychose sanitaire et ses multiples prises de tête, l’indifférence croissante pour la presse papier en général, etc. Bref, on a un peu le sentiment de vivre une fin de cycle.

    Comment (se) donner de l’air, comment (se) surprendre ? Dans l’idéal, on aurait aimé changer la périodicité pour la réduire, passer en mensuel, ou en quinzomadaire, faire un journal sur le vif, plus nerveux, encore plus à l’arrach’ que maintenant, ruer dans les brancards. Jolis fantasmes mais force est de constater qu’on a pas les forces pour, en tout cas pour l’instant.

    Alors, à moyen terme, on va plutôt espacer. Faire des numéros plus conséquents mais moins souvent. Sûrement chambouler le format, le papier, la maquette (et donc aussi… le prix) [1]. À vrai dire on sait pas encore trop. Ce qui est sûr, c’est qu’on sortira un nouveau numéro spécial montagne avant l’été. Pour celui-là comme pour les prochains, on a surtout envie de retrouver le temps de se perdre.

Derniers articles en ligne

  • « Ne pas être la seule à être la seule »

    Nicolas Bonanni et Margaux Capelier, Grenoble Calling, une histoire orale du punk dans une ville de province, Le Monde à l’envers, 2021. 16 euros

  • Associations à vendre

    Depuis le printemps dernier, un vif débat agite le milieu associatif grenoblois. Apsys, promoteur coté en Bourse construisant le giga-centre commercial Neyrpic à Saint-Martin-d’Hères, propose à des associations des locaux et des moyens. Si certaines sont prêtes à accepter une telle alliance avec le « diable », ces positionnements sont avant tout symptomatiques de l’abandon financier progressif des structures de l’éducation populaire par les pouvoirs publics.

  • Vitrage simple changement compliqué

    Réussir à obtenir un logement social, c’est déjà un parcours du combattant. Mais si on a la malchance d’habiter dans un appartement avec des problèmes d’indécence ou d’insalubrité, vouloir les faire résoudre relève souvent du chemin de croix. C’est en tout cas ce que révèle l’histoire de Lætitia, dont les fenêtres simple vitrage laissent passer l’eau de pluie depuis plus de cinq ans.

  • Des alertes qui tournent en rond

    « Insubordination et comportement déloyal.  » Diable ! Qu’a donc fait Hélène pour mériter ce motif de licenciement ? Pendant des années, cette ancienne salariée du Synchrotron a tenté d’alerter sur des manquements éthiques réguliers au bien-être animal. Peine perdue : tout ce qu’elle a obtenu, c’est de se faire mettre à la porte.

  • Un « article simpliste et décourageant » ?

    L’article du dernier numéro sur les dysfonctionnements de la MAS (Maison d’accueil spécialisé) de Coublevie, prenant en charge quarante résidents autistes, a suscité pas mal de retours, enthousiastes ou critiques. Tentative de synthèse des réactions.

  • Test comparatif - Les bars concepts

    Emilette n’a pas de passe sanitaire à son nom, mais en cette rentrée il est quand même parvenu à tester quelques-uns des bars concepts grenoblois.
    Mais que fait la police ?

  • E-shoes : Les bienfaits de la marche à assistance électrique

    Avec les restrictions dues à l’épidémie de Covid, cet été les Français ont plébiscité le tourisme local et redécouvert la marche à pied. Mais cet engouement pour la balade s’explique aussi par la démocratisation des chaussures à assistance électrique. Elles permettent de remettre en marche ceux dont le confinement a aggravé la sédentarité. D’autant que l’État vient d’installer 6 000 bornes de recharge le long des chemins de randonnée. Exemple sur le plateau du Vercors, où l’on a constaté combien l’électromobilité est aussi bonne pour la santé que pour la planète.

  • Courrier des lecteurs

    En colère contre (certains) cristalliers « J’ai lu attentivement votre article sur les cristalliers de l’Oisans. L’acharnement dont ils ont été victimes est scandaleux, ça c’est évident et ce n’est pas l’objet de mon propos. Leur passion pour les cristaux, même si elle ne mène pas systématiquement à un commerce effréné, conduit bien souvent à une destruction des traces du passé. Je suis photographe amateur (60 ans) et je me concentre dans ce qu’on pourrait appeler l’archéologie industrielle, bien que le terme (...)

  • Ficha

    Autour des poubelles et du tri, les idées innovantes et « disruptives » s’enchaînent. La dernière sur laquelle on est tombé est comme à peu près toutes les autres : à jeter. C’est des étudiants de Grenoble école de management qui ont créé une nouvelle ordure. Ça s’appelle Ficha (le verlan d’affiche) et le concept n’est pas très original : récompenser les bons citoyens qui font bien le tri sélectif en leur donnant des bons cadeaux. Pour y parvenir, Ficha vend un « conteneur connecté » appelé « cocon » (on (...)

  • Glenat(ge) en eaux troubles

    Qu’il est sympa ce Jacques Glénat ! Il a tant fait pour la bande dessinée avec sa maison d’édition ! Et le patrimoine grenoblois, avec la réhabilitation du couvent Sainte-Cécile ! Et le patrimoine tout court avec tous ses bouquins historiques ! Quelle œuvre ! Bon, il y a cinq ans, on avait essayé de salir la réputation de cet homme bien sous tous rapports : « Jacques Glénat affirme n’avoir aucun lien avec les Panama Papers. Cité hier par les journalistes du Monde dans le scandale fiscal qui touche des (...)

0 | ... | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | ... | 1210