Actualités

  • Procès Emmaüs : Le Postillon relaxé

    Le 26 mars dernier, on passait en procès au tribunal de Grenoble, après avoir été attaqué pour diffamation par Emmaüs Grenoble. Plus précisément par François Potin et Jean-Pierre Polidori, respectivement président et responsable d’Emmaüs Grenoble, dont les actes avaient été critiqués dans un article paru dans Le Postillon n°47 (automne 2018).

    Autant dire que quand on a reçu les citations à comparaître, on n’a pas été très fier. Avoir un procès contre un grand élu ou patron, c’est presque glorieux. Contre Emmaüs, c’est assez dépitant.

    Alors à l’époque, on leur avait écrit un mail, aux deux responsables d’Emmaüs.

    "On avait depuis longtemps entendu la rumeur d’une attaque judiciaire, mais on se disait "non, ce serait stupide de leur part".

    En attendant, on n’avait pas mis l’article en question sur Internet, comme on aurait dû le faire il y a trois semaines. Parce que comme mentionné dans l’article ce n’était pas un "plaisir" pour nous d’écrire un article sur Emmaüs : attaquer une structure sociale, c’est pas notre ligne éditoriale. Seulement, vu tous les témoignages parvenus, on ne pouvait pas éviter ce sujet. On l’a fait de la manière qu’on a estimé la plus juste - et on sait que vous n’êtes pas d’accord avec cette "justesse". On l’a fait en espérant "rafraîchir des idées" et apaiser la situation, sans vouloir s’étendre sur ce sujet et faire de la lutte contre les dirigeants d’Emmaüs un étendard. Ne pas mettre l’article sur Internet était aussi une manière de montrer cette volonté : sans existence numérique dans trois mois tout le monde aura oublié ce papier et vous pourrez continuer vos activités sans autre question dérangeante.

    Visiblement, vous ne voulez pas en rester là. On n’est pas bien placé pour juger, mais on pense que ce n’est pas stratégique de votre part.

    Car si vous nous attaquez, on va mettre l’article sur Internet, coller des affiches qui parleront de ce sujet, faire des nouveaux dessins, des nouvelles caricatures : dans les prochains mois, on parlera forcément beaucoup d’Emmaüs, et donc de vous.

    Quelle que soit l’issue du procès, je ne pense pas que cela vous fasse de la bonne publicité. Surtout qu’on est confiants à propos de la solidité de notre dossier.

    Si en revanche vous abandonnez les poursuites, on ne parlera plus d’Emmaüs les prochains temps. Peut-être la meilleure des choses pour tout le monde."

    C’était une sorte de tentative de conciliation. Mais on a jamais eu de réponse à ce mail. Ou plutôt si : on a reçu une lettre recommandée de l’avocat d’Emmaüs nous expliquant que ses clients avaient pris ce mail comme une "menace".

    D’ailleurs il s’en est même servi pendant sa plaidoirie, en s’insurgeant contre nos "méthodes". S’il est insupportable pour lui qu’on puisse diffamer Emmaüs, il n’a contredit aucun des faits énoncés dans notre article, et pour cause : on n’a fait que retranscrire la vérité.
    Son argumentaire n’a pas convaincu madame la juge : ce 14 mai, elle nous a entièrement relaxés.
    De plus elle a condamné François Potin et Jean-Pierre Polidori à nous verser 1000 euros solidairement en guise de "dommages et intérêts". Comme nous nous y étions engagés, nous reverserons cette somme, une fois déduits nos frais de justice, à Emmaüs.

    La morale de cette histoire, c’est qu’il vaut mieux suivre les conseils du Postillon. Si messieurs Potin et Polidori hésitent à faire appel, on espère qu’ils tireront les leçons de cette morale.

    Afin que chacun puisse se faire son avis, nous mettons donc l’article incriminé en ligne. Bonne lecture !

    https://www.lepostillon.org/Ou-va-Emmaus-Grenoble-1027.html

Derniers articles en ligne

  • Le Daubé milite pour la montagne connectée

    « Comment voulons-nous vivre la montagne en 2030, nous, Isérois ? » C’est la question centrale d’une « vaste consultation » menée par Isère Tourisme sur le site Internet du Daubé pendant l’été. Pour en rendre compte, Le Daubé (9/11/2018) titre « Les Isérois amoureux de leurs montagnes », amalgamant ainsi les Isérois aux lecteurs de son journal. Plus qu’une synthèse de la « consultation », l’article du Daubé est une libre tribune pour Vincent Delaitre, directeur d’Isère Tourisme, qui se félicite d’avoir pu « (...)

  • Un glacier facétieux

    On en avait parlé l’année dernière : depuis 2017 la station des Deux Alpes a équipé son glacier de canons à neige pour soi-disant « protéger le glacier ». Une bonne blague qui visait surtout à « protéger » les bénéfices de la station, menacés par la fonte du glacier rendant de plus en plus compliquée la vente de forfaits l’été et à la Toussaint. Mais cet été, patatras : le lac naturel d’eau de fonte glaciaire qui avait été aménagé l’année dernière pour alimenter les canons à neige s’est vidé tout d’un coup. Une (...)

  • Les réseaux sociaux, incubateurs à fachos

    Au Postillon, on n’est pas vraiment enthousiastes par rapport au développement du numérique et de la vie virtuelle. Une position « réactionnaire » qui nous vaut régulièrement de grandes discussions, où on nous affirme des trucs du genre « Le numérique, c’est génial », « Non mais tu te rends pas compte, on peut savoir tout sur tout en trois clics », « C’est beaucoup plus facile pour s’organiser, pour convaincre les gens, pour faire passer des idées. » Bref, on serait bien mignons mais quand même le (...)

  • Et pouf, les robots !

    Polémique autour des bibliothèques à Grenoble, épisode 342. Dans Le Daubé (26/10/2018), l’adjointe écologiste aux cultures Corinne Bernard annonce mettre en œuvre l’automatisation des prêts, pour la modique somme de 800 000 euros (de quoi faire fonctionner les bibliothèques récemment fermées pendant huit ans) : « On peut permettre le prêt des ouvrages plus facilement. L’automatisation peut libérer les agents pour d’autres missions. J’ai vu ça au Havre, vous passez votre bouquin et pouf, c’est fait ! ». Et (...)

  • En Marche et l’Europe : le bide

    Des « grands » rassemblements avec vingt personnes. Le 7 avril, la République en marche de l’Isère (LREM 38) avait lancé la Grande Marche pour l’Europe avec un rendez-vous au parc Paul Mistral : sur la photo de groupe, on compte 22 personnes en incluant les élus, les enfants et un représentant national de LREM venu pour l’occasion. Le 11 novembre dernier, le Mouvement européen de l’Isère, mouvement apolitique, organisait un « rassemblement transpartisan » pour célébrer une « Europe de la paix ». (...)

  • Exclusion scolaire : les tablettes innovent

    Valentine était scolarisée en sixième au collège Jean Vilar à Échirolles, un des collèges isérois équipés de tablettes par la grâce de l’État et du Conseil départemental. La famille de Valentine vit en dessous des minimas sociaux et connaît des conditions matérielles rudes qui compliquent ses études. Elle et sa famille ont été expulsées de leur logement lors du dernier trimestre de l’année scolaire en juin 2017. Fin août, après avoir été en transit dans un gymnase, puis dans un hôtel à Voreppe bien loin (...)

  • Ingénieurs : pourquoi ?

    Les études d’ingénieur, c’est la voie royale. Combien sont-ils, ces adolescents, à qui on bourre le mou avec ce poncif ? Combien sont-ils, à subir deux ans de prépa’, puis trois ans d’école d’ingé’, en se demandant ce qu’ils font là ? Pas pour des histoires d’argent : avoir un diplôme d’ingénieur permet effectivement de gagner confortablement sa vie, et de faire partie des winners. Mais pour certains, un bon salaire ne suffit pas à répondre aux grandes questions existentielles. À quoi servent les ingénieurs aujourd’hui ? À être des bons petits soldats de la fuite en avant technologique ? À remplacer les humains par les robots, à les rendre toujours plus dépendants de la technologie, toujours plus avides d’énergie ?
    Alors que les rapports scientifiques alarmants sur l’accélération de la catastrophe écologique se multiplient, ces questions sont quasiment absentes des formations d’ingénieurs. On apprend essentiellement aux étudiants à se conformer aux attentes du marché du travail et des entreprises, qui n’ont pour but que la croissance de leurs bénéfices.
    Il arrive régulièrement de lire dans la presse des témoignages d’ingénieurs déserteurs : « Machin-truc a plaqué son poste bien payé chez STMicro pour aller faire pousser des carottes ». La désillusion ne concerne-t-elle que quelques individualités marginales ? Ou devient-elle un phénomène de « masse » ? Le Postillon a papoté avec une tripotée d’ex-ingénieurs, quelques étudiants sceptiques sur l’intérêt de leur formation et des profs plus ou moins critiques.

  • Ou va Emmaüs Grenoble ?

    Ces dernières années, on a eu plusieurs échos d’abus de pouvoir et de malversations dans des structures d’insertion de la région grenobloise. La réalité quotidienne y est souvent - mais heureusement, pas toujours - éloignée des idéaux censés l’animer. C’est que les conditions favorisent les comportements arbitraires : les personnes « à réinsérer », maintenues dans une dépendance à des emplois aidés peu gratifiants, sont à la merci des dirigeants et n’ont pas vraiment de moyen de se défendre. Où iraient ces gens paumés, en burn-out, sans papiers, taulards récidivistes si, même là, on les met à la porte ? De nombreux chantiers d’insertion ont ainsi été créés de façon opportuniste, captant les aides de l’état au fur et à mesure que celui-ci sous-traitait au « tiers-secteur » la gestion de la précarité. Et les précaires subissent, généralement en silence.

    Les compagnons d’Emmaüs ont une autre histoire. Créés par l’abbé Pierre, défendant des valeurs humaines indéboulonnables, on gardait un faible pour ces lieux de débrouille et d’accueil inconditionnel. Et puis patatras : Emmaüs Grenoble semble être en proie à des dérives autoritaires. Si l’aura de l’Abbé Pierre ne lui suffit plus à garder la tête froide, ce récit saura-t-il rafraîchir les idées du directeur ?

  • Le projet fantôme du pavillon fantôme

    Connaissez-vous le pavillon Keller ? C’est LE bâtiment connu de la vallée de Livet-et-Gavet. L’ancienne maison du patron des usines du coin, Charles Albert Keller, a servi de décor au film Les Rivières pourpres de Matthieu Kassowitz. Un endroit où même des touristes en transhumance vers les stations de ski s’arrêtent prendre une photo. Il y a trois ans, on apprenait par la presse locale qu’il y avait un grand projet sur ce bout de patrimoine local. France 3 (30/11/2015) affirmait : « Le célèbre pavillon Keller va être réhabilité. Restaurant, musée et espaces de loisirs surplomberont bientôt la vallée de la Romanche porte d’accès aux grandes stations de l’Oisans  ». Depuis, plus rien. C’est que les loustics à l’origine de l’annonce ont disparu, ou presque. Cette maison serait-elle « maudite », comme l’affirment plusieurs personnes ? Le Postillon sort de la cuvette pour vous conter cette histoire rocambolesque.

  • Que sont devenus les copains de prison de Carignon ?

    Alain Carignon, ex-maire de Grenoble, ex-président du Département, ex-ministre et ex-taulard, veut reprendre sa mairie chérie en 2020. Après avoir été poursuivi pour « corruption, recel d’abus de biens sociaux et subornation de témoins », il a été condamné en 1996 à quatre années de prison pour avoir « commis l’acte le plus grave pour un élu, vendre une parcelle de son pouvoir à des groupes privés et en accepter des avantages considérables », selon les juges. Son tour par la case prison n’a pas entamé son désir de gloire. Mais s’il reprend la mairie, parviendra-t-il à faire autant de bien à la ville que par le passé ? Aura-t-il encore des amis pour privatiser les services publics ? Retrouvera-t-il des compères pour détourner de l’argent public ? Pas si sûr : ceux qui sont tombés avec lui ne sont pas revenus dans le game grenoblois depuis leur sortie de prison. Qu’ont-ils fait alors ? On a fait le tour de ces Jean-quelque chose.

0 | ... | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | ... | 940