Actualités

  • Ferrari se fait flasher

    Dans notre dernier numéro (automne 2022) sorti mardi 4 octobre, nous révélons des pratiques irrégulières du président de la Métropole de Grenoble Christophe Ferrari. Pour avoir tous les détails : foncez chez votre buraliste acheter notre journal !

    En attendant, voilà les chapeaux des deux articles consacrés à ce sujet (le reste du sommaire sera bientôt mis en ligne).

    Ferrari se fait flasher

    Les règles d’utilisation d’une voiture de service mise à disposition d’un élu sont très claires : elle ne doit servir que dans l’exercice de ses fonctions. Des règles qui ont du mal à arriver jusqu’aux hauteurs habitées par le président de la Métropole grenobloise. Depuis huit ans qu’il occupe ce poste, Christophe Ferrari a visiblement souvent confondu la voiture de service octroyée par la Métropole avec sa voiture personnelle.
    En décembre 2021, l’élu Yann Mongaburu a saisi le procureur pour alerter sur cette situation, sans néanmoins apporter de preuves. Suite à l’audition du président de la Métropole le 31 mars dernier, les enquêteurs ont clos l’affaire, alors que quelqu’un de bien informé – puisque officiant en tant que chef de cabinet de Christophe Ferrari – avait tenté de les aiguiller sur les bonnes pistes. Plusieurs mois plus tard, face au manque de remise en question du président de la Métropole, cette personne a décidé de quitter son poste, saisir elle aussi la justice et rendre publiques les preuves qu’elle a accumulées.


    "Christophe Ferrari et moi n’avons pas la même notion de l’intégrité."

    Pascal était jusqu’à peu chef de cabinet du président de la Métropole Christophe Ferrari. Un poste privilégié pour voir toutes les « négligences » éthiques de ce grand élu à propos de l’utilisation de la voiture de service, du chauffeur ou d’autres « avantages ». À sa place, nombre de salariés auraient fermé les yeux, laissé faire ou – au mieux – discrètement cherché un autre poste avant de s’en aller sur la pointe des pieds. Lui a préféré saisir la justice et parler afin d’éclairer la lanterne de tous les administrés de Christophe Ferrari. Profitons de cette chance dans ce grand entretien.

Derniers articles en ligne

  • Test comparatif - Les bars concepts

    Emilette n’a pas de passe sanitaire à son nom, mais en cette rentrée il est quand même parvenu à tester quelques-uns des bars concepts grenoblois.
    Mais que fait la police ?

  • E-shoes : Les bienfaits de la marche à assistance électrique

    Avec les restrictions dues à l’épidémie de Covid, cet été les Français ont plébiscité le tourisme local et redécouvert la marche à pied. Mais cet engouement pour la balade s’explique aussi par la démocratisation des chaussures à assistance électrique. Elles permettent de remettre en marche ceux dont le confinement a aggravé la sédentarité. D’autant que l’État vient d’installer 6 000 bornes de recharge le long des chemins de randonnée. Exemple sur le plateau du Vercors, où l’on a constaté combien l’électromobilité est aussi bonne pour la santé que pour la planète.

  • Courrier des lecteurs

    En colère contre (certains) cristalliers « J’ai lu attentivement votre article sur les cristalliers de l’Oisans. L’acharnement dont ils ont été victimes est scandaleux, ça c’est évident et ce n’est pas l’objet de mon propos. Leur passion pour les cristaux, même si elle ne mène pas systématiquement à un commerce effréné, conduit bien souvent à une destruction des traces du passé. Je suis photographe amateur (60 ans) et je me concentre dans ce qu’on pourrait appeler l’archéologie industrielle, bien que le terme (...)

  • Ficha

    Autour des poubelles et du tri, les idées innovantes et « disruptives » s’enchaînent. La dernière sur laquelle on est tombé est comme à peu près toutes les autres : à jeter. C’est des étudiants de Grenoble école de management qui ont créé une nouvelle ordure. Ça s’appelle Ficha (le verlan d’affiche) et le concept n’est pas très original : récompenser les bons citoyens qui font bien le tri sélectif en leur donnant des bons cadeaux. Pour y parvenir, Ficha vend un « conteneur connecté » appelé « cocon » (on (...)

  • Glenat(ge) en eaux troubles

    Qu’il est sympa ce Jacques Glénat ! Il a tant fait pour la bande dessinée avec sa maison d’édition ! Et le patrimoine grenoblois, avec la réhabilitation du couvent Sainte-Cécile ! Et le patrimoine tout court avec tous ses bouquins historiques ! Quelle œuvre ! Bon, il y a cinq ans, on avait essayé de salir la réputation de cet homme bien sous tous rapports : « Jacques Glénat affirme n’avoir aucun lien avec les Panama Papers. Cité hier par les journalistes du Monde dans le scandale fiscal qui touche des (...)

  • Big Brovert - la suite

    Contre toute attente, l’idylle continue entre la vidéosurveillance et les écolos au pouvoir. En avril dernier, le deuxième adjoint à la nature, la biodiversité et la fraîcheur, Gilles Namur avait clarifié : « Nous n’avons aucun problème avec la vidéosurveillance, ce qui est important pour nous c’est qu’elle serve à quelque chose. » S’ils n’en installent pas encore complètement partout, c’est donc à cause du rapport coût/bénéfices et non pas pour une certaine idée d’un monde sans surveillance. Le 8 juin, dans (...)

  • Grenoble ne peut pas accueillir tous les télétravailleurs du monde

    « L’essor du télétravail nous a permis de troquer Paris pour Grenoble et de gagner en qualité de vie. » Le 13 septembre, Le Point publie le témoignage du président d’une entreprise de logiciels qui vient d’emménager dans la cuvette : « Nous avons sauté le pas et déménagé cet été à Gières, une ville de 7 000 habitants, en banlieue de Grenoble. Depuis ma maison, je travaille avec une vue à 360 degrés sur les montagnes. Nous sommes passés d’un appartement de 120 mètres carrés, ce qui est déjà un luxe à Paris, à (...)

  • Et le bouche-à-oreille devint le clavier-à-écran

    Comment salir les belles choses – saison 432. Dans la dernière ligne droite de la campagne de la primaire écologiste, l’équipe d’Une certaine idée de demain, le fan-club de Piolle, a envoyé à tous ses sympathisants un message en les incitant à faire du « Bouche-à-Oreille ». Pourquoi pas ? Sauf que là, il ne s’agit pas de favoriser le hasard des rencontres improvisées, des discussions aléatoires et d’argumentaires personnalisés. Le bouche-à-oreille moderne consiste à faire comme d’habitude, c’est-à-dire (...)

  • Ramener les panneaux à la maison

    « Ici la région agit pour la montagne », « Ici la région agit pour votre commune »… On dirait qu’à chaque fois que la région Auvergne-Rhône Alpes finance un truc – un banc, une école, une station d’épuration, une start-up, une cabine téléphonique – elle pose un panneau dessus pour se faire connaître, comme un vulgaire sponsor sur un maillot cycliste. Il faut dire que la concurrence est rude : l’Union européenne, l’État, le Département ou les communes font trop souvent la même chose. Mais hé, ho ! c’est leur (...)

  • Polytech pollué : et après ?

    « Une mystérieuse pollution contraint Polytech à fermer » titre Le Daubé (4/6/2021) en se contentant de reprendre les éléments délivrés par l’UGA (Université Grenoble-Alpes). Mais derrière le communiqué de presse, il y a plein de questions intéressantes à se poser, et pas seulement parce que cette école est située juste à côté du site du futur centre commercial Neyrpic.

0 | ... | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | ... | 1220