Actualités

  • Procès Emmaüs : Le Postillon relaxé

    Le 26 mars dernier, on passait en procès au tribunal de Grenoble, après avoir été attaqué pour diffamation par Emmaüs Grenoble. Plus précisément par François Potin et Jean-Pierre Polidori, respectivement président et responsable d’Emmaüs Grenoble, dont les actes avaient été critiqués dans un article paru dans Le Postillon n°47 (automne 2018).

    Autant dire que quand on a reçu les citations à comparaître, on n’a pas été très fier. Avoir un procès contre un grand élu ou patron, c’est presque glorieux. Contre Emmaüs, c’est assez dépitant.

    Alors à l’époque, on leur avait écrit un mail, aux deux responsables d’Emmaüs.

    "On avait depuis longtemps entendu la rumeur d’une attaque judiciaire, mais on se disait "non, ce serait stupide de leur part".

    En attendant, on n’avait pas mis l’article en question sur Internet, comme on aurait dû le faire il y a trois semaines. Parce que comme mentionné dans l’article ce n’était pas un "plaisir" pour nous d’écrire un article sur Emmaüs : attaquer une structure sociale, c’est pas notre ligne éditoriale. Seulement, vu tous les témoignages parvenus, on ne pouvait pas éviter ce sujet. On l’a fait de la manière qu’on a estimé la plus juste - et on sait que vous n’êtes pas d’accord avec cette "justesse". On l’a fait en espérant "rafraîchir des idées" et apaiser la situation, sans vouloir s’étendre sur ce sujet et faire de la lutte contre les dirigeants d’Emmaüs un étendard. Ne pas mettre l’article sur Internet était aussi une manière de montrer cette volonté : sans existence numérique dans trois mois tout le monde aura oublié ce papier et vous pourrez continuer vos activités sans autre question dérangeante.

    Visiblement, vous ne voulez pas en rester là. On n’est pas bien placé pour juger, mais on pense que ce n’est pas stratégique de votre part.

    Car si vous nous attaquez, on va mettre l’article sur Internet, coller des affiches qui parleront de ce sujet, faire des nouveaux dessins, des nouvelles caricatures : dans les prochains mois, on parlera forcément beaucoup d’Emmaüs, et donc de vous.

    Quelle que soit l’issue du procès, je ne pense pas que cela vous fasse de la bonne publicité. Surtout qu’on est confiants à propos de la solidité de notre dossier.

    Si en revanche vous abandonnez les poursuites, on ne parlera plus d’Emmaüs les prochains temps. Peut-être la meilleure des choses pour tout le monde."

    C’était une sorte de tentative de conciliation. Mais on a jamais eu de réponse à ce mail. Ou plutôt si : on a reçu une lettre recommandée de l’avocat d’Emmaüs nous expliquant que ses clients avaient pris ce mail comme une "menace".

    D’ailleurs il s’en est même servi pendant sa plaidoirie, en s’insurgeant contre nos "méthodes". S’il est insupportable pour lui qu’on puisse diffamer Emmaüs, il n’a contredit aucun des faits énoncés dans notre article, et pour cause : on n’a fait que retranscrire la vérité.
    Son argumentaire n’a pas convaincu madame la juge : ce 14 mai, elle nous a entièrement relaxés.
    De plus elle a condamné François Potin et Jean-Pierre Polidori à nous verser 1000 euros solidairement en guise de "dommages et intérêts". Comme nous nous y étions engagés, nous reverserons cette somme, une fois déduits nos frais de justice, à Emmaüs.

    La morale de cette histoire, c’est qu’il vaut mieux suivre les conseils du Postillon. Si messieurs Potin et Polidori hésitent à faire appel, on espère qu’ils tireront les leçons de cette morale.

    Afin que chacun puisse se faire son avis, nous mettons donc l’article incriminé en ligne. Bonne lecture !

    https://www.lepostillon.org/Ou-va-Emmaus-Grenoble-1027.html

Derniers articles en ligne

  • Comment se soigner sans payer la piscine du pharmacien ?

    Grenoble, ville innovante ? Il arrive fréquemment que la pauvre vieille technopole soit en retard d’un train et que des initiatives percutantes viennent d’ailleurs et pas d’ici. Pour cet épisode : comment se soigner sans payer la piscine du pharmacien. À transposer dans la cuvette. Ou pas.

  • L’autre grève de la gare

    Qui a dit que les grèves ne servaient plus à rien ? Au niveau national, tous les mouvements de protestation échouent ces dernières années sans pour autant entraîner de changement de stratégie de la part des directions syndicales. Mais à un niveau local, un seul jour de grève peut parfois suffire à arracher quelques petites victoires. Le 7 juin les salariés de la Pyrénéenne de nettoyage, entreprise en charge du nettoyage de la gare de Grenoble, ont arrêté de travailler. Ce qui a fait déplacer le grand patron depuis Perpignan et a abouti à quelques avancées.

  • Les forestiers ont la gueule de bois

    Même dans les bois, il y a des manifs. Pourquoi donc ?

  • BD. Particules : plus fines, tu meurs

    Dans Le Daubé (14/04/2018), Luc Federzoni, le directeur de Great (Grenoble alps together) nous explique : « un territoire génère énormément de données (GPS, smartphones,...) qui aujourd’hui sont éparpillées et perdues. [...] Il faut massifier le nombre de capteurs pour avoir des données très fines. Alors on créera une application pour permettre, par exemple, à une maman avec sa poussette de se rendre au parc en prenant le chemin le moins pollué, rue par rue.  »

  • Faim de Polenta !

    Il n’y a pas eu d’avis officiel de décès, mais le numéro de Polenta sorti en février laisse entendre qu’il sera le dernier. L’équipe actuelle faisant tourner le journal indépendant chambérien depuis l’automne 2015 a d’autres plats sur le feu, et personne ne se manifeste pour prendre la suite. Au Postillon, on aimait bien Polenta, et pas seulement parce qu’ils avaient complètement pompé notre maquette. Aussi parce que sa lecture, même incomplète, nous permettait toujours d’entrevoir un bout de la vie (...)

  • Courrier d’un Lecteur

    « Salut Le Postillon. J’ai peut-être trouvé le moyen de bannir l’automobile de notre très chère cuvette : plus de permis B délivrés, erreur informatique pour tous ! Je m’explique. énième fois que je passais mon examen pour avoir l’autorisation de conduire des carcasses métalliques d’une tonne dans les grands boulevards. J’étais prêt, installé et là le verdict tombe : ce sera pas encore la bonne ! La faute à un vélo ou un piéton trop téméraire ? Même pas. Resté sur place sans démarrer, l’examinateur, les yeux (...)

  • Victoire amère à Champberton

    L’été dernier, Le Postillon était allé à la rencontre de Brandao, habitant du 22, rue Garcia Lorca, à Saint-Martin-d’Hères (voir Le Postillon n°41). Il vit dans le bâtiment le plus pourri du quartier le plus pourri de la ville rouge. à l’époque, ses voisins et lui demandaient à la riche propriétaire de faire les travaux dans les parties communes laissées dans un triste état. Depuis cette propriétaire véreuse a vendu l’immeuble à Pluralis, un office HLM. Le quotidien aurait dû s’améliorer pour les habitants. (...)

  • Les humains ont-ils une « valeur ajoutée » ?

    A quoi servirez-vous quand il y aura des robots partout ? C’est en substance le genre de questions auxquelles étaient invités à répondre des enseignants de l’Isère. Ces questions avaient pour but de nourrir un mémoire de Gem (Grenoble école de management) voulant répondre à la problématique « quelle sera la valeur ajoutée de l’enseignant face aux nouvelles technologies liées à l’intelligence artificielle ? », mené par un certain Geoffrey Grivelet, étudiant en Masters 2. C’est le genre de travaux préparant (...)

  • Le mur d’escalade connecté

    Dans ce pays d’ingénieurs-grimpeurs, il fallait s’attendre à ce que ça arrive : la grimpe connectée. Le campus de la Brunerie à Voiron va prochainement accueillir un « mur d’escalade connecté ». Qu’est-ce que c’est que ce machin ? « C’est une vraie révolution, s’enthousiasme Denis Garnier. On a libéré un univers qui n’avait pas changé depuis trente ans. » Comment a-t-on pu escalader bêtement toutes ces années sans capteurs, puces RFID et ordinateur ? Denis Garnier est le patron d’une boîte lyonnaise, Luxov (...)

  • Trop riche pour être gentil

    Qu’il est modeste, le patron de la multinationale Araymond ! L’héritier de l’entreprise familiale établie à l’origine cours Berriat à Grenoble, a eu droit à un portrait flatteur dans Les Affiches (20/04/2018). À la très impertinente question sur son « plus grand défaut », Antoine Raymond répond en toute simplicité : « trop gentil pour être aimé ». Il est tellement gentil qu’il s’est battu d’ailleurs pour des grandes causes : la suppression de l’ISF (impôt sur la fortune) ou de la réduction des droits de (...)

0 | ... | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | ... | 940