Actualités

  • Le Postillon de l’été est sorti ! Lisez-le, mais surtout achetez-le

    Avis de recherche : colporteurs et vendeuses

    Collages, vente à la criée, recherche de nouveaux points de vente : pour diffuser Le Postillon, on fait tout ce qu’on peut. Mais il faut bien se rendre compte qu’il reste des Grenoblois qui ne connaissent toujours pas notre journal, ou qui oublient de l’acheter. Alors pour vendre plus, on a besoin de vous ! Non seulement ça nous rapporterait plus d’argent, mais ça permettrait à plus de personnes de profiter de notre regard pétillant, iconoclaste et surtout instructif sur la vie locale. Quelques amis et sympathisantes nous prennent régulièrement une pile de journaux (5, 10 ou 40) pour tenter de les diffuser autour d’eux, à leur boulot, chez leurs amis ou au bistrot. Et si vous faisiez pareil ?

    Détails pratiques : vous nous contactez, on vous file X journaux, vous ne payez rien, vous essayez de les vendre, et au numéro d’après, si vous avez réussi à les vendre, vous nous donnez de l’argent, sinon vous nous rendez les journaux (à moins que vous vouliez faire du papier mâché). Si vous êtes bons, on vous fait un cadeau.

Derniers articles en ligne

  • La novlangue du CEA

    Appelons-le Gaspard. Après ses trois ans de thèse au CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives), Gaspard aurait dû continuer à bosser dans l’industrie, ou monter une start-up. Oui, mais voilà, Gaspard, il n’a jamais compris ce qu’il faisait là-dedans. Il a du mal à expliquer son aversion pour ce monde-là, Gaspard. Des fois la sensibilité ça ne s’explique pas. C’est comme la novlangue : par contre ça, Gaspard, ça l’a toujours beaucoup amusé.

  • POUBELLES DE RICHES, POUBELLES DE PAUVRES

    Hier, on retrouvait sous nos pieds des fossiles et des pièces de monnaie. Demain, ce sera du plastique. Sachets, jouets ou bouteilles seront autant de traces de notre passage sur Terre. Flatteur, hein ? Alors avec un peu d’avance, on a enfilé nos gants d’archéologues (roses) et on a fouillé quelques poubelles grises. On vous présente l’intérieur de quatre poubelles prises au hasard, trois dans la banlieue plutôt populaire d’Échirolles, et trois dans la commune huppée de Corenc. Des mégots pour les pauvres, des Nicopatchs pour les riches... Est-ce que l’intérieur des poubelles raconte différents mode de vie, des écarts de richesse ? On vous laisse juger.

  • L’artifice de l’intelligence

    À Grenoble, depuis deux siècles, on est vachement intelligents. Artificiellement, surtout.

  • Sabordage autogéré et participatif de la néo-démocratie grenobloise

    Lors de l’université d’été des mouvements sociaux, organisé par l’association Attac fin août à Toulouse, Éric Piolle a fait le beau. Pour résumer une de ses interventions, le maire de Grenoble écrit sur Twitter : « Le @gouvernementFR attaque au tribunal notre outil de participation citoyenne. Nous irons au bout et j’espère que nous gagnerons ». Ce qu’il omet de dire, c’est que leur « outil de participation citoyenne » n’a pas besoin du gouvernement pour être sabordé : en la matière, la mairie pratique pour une fois une autogestion exemplaire. Petite explication détaillée.

  • Grenoble école de 33 000 €

    Lors de la cérémonie de départ des étudiants de troisième année, Grenoble école de management a demandé aux jeunes diplômés de résumer leur « aventure » dans la business school en un mot. Le résultat est marrant et instructif sur le montant des frais d’inscription.

  • Vallini toujours plus audacieux

    Vallini toujours plus audacieux
    Après avoir soutenu les candidats du parti socialiste jusqu’au bout des législatives, l’ex sous-ministre André Vallini a cofondé début juillet « Démocratie vivante », un « club de réflexion pro-Macron de gauche ». Vallini, il aurait peut-être rejoint le maquis en 45 après mûr examen.
    Vallini retourne au bordel
    Élu sénateur en 2011, Vallini regrettait quelques mois après devant un micro indiscret qu’ « il ne se passe rien » au Sénat, ce « bordel des années 30 ». Et (...)

  • Pot de départ à Saint-égrève

    Après huit années à la direction du CHS de Saint-égrève (l’hôpital psychiatrique), Pascal Mariotti est promu à la tête de l’hôpital du Vinatier à Lyon. Ce candidat PS malheureux à la mairie de Moirans, proche du député Olivier Véran, aurait fait un parfait conseiller ministériel aux restrictions de budget dans un gouvernement en panne. Hélas pour lui, Véran - pressenti pour être ministre de la Santé - est resté simple député.

  • Libérez les piétons enfermés dans les voitures !

    Demander aux cyclistes de respecter le code de la route, c’est un peu comme demander aux promeneurs de passer le permis de chasse pour circuler en forêt.

  • Retour de la saison des caméras

    Après avoir promis de démonter les caméras de surveillance avant leur arrivée au pouvoir, Piolle s’était rebiffé et avait assuré qu’aucun nouvel engin de surveillance ne serait installé sur la voie publique. Et pourtant : en plein cœur de l’été, un nouveau mât, puis une nouvelle caméra toute belle ont poussé en plein milieu de la place Saint-Bruno. Le tout, bien entendu, sans aucune annonce ni information. Un petit problème de dissonance entre les annonces et les (...)

  • La noix connectée : Sylha

    116 ans après la création du concours Lépine, le fameux concours français d’inventions, Le Postillon lance son propre challenge, dénommé le concours de la noix connectée. À chaque numéro, nous honorerons l’innovation grenobloise la plus stupide du moment, celle qui pique le bon sens et la décence ordinaire. Les postulants étant chaque jour plus nombreux, la sélection d’un seul lauréat est un combat acharné ; aussi réclamerons-nous votre indulgence.

0 | ... | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | ... | 850