Actualités

  • Retrouver le temps de se perdre

    Pourquoi avons-nous tenu si longtemps ? Douze ans à faire un journal tous les deux mois, cinq par an avec la pause estivale. Une régularité de métronome. Une discipline à toute épreuve.

    Jamais rien ni personne ne nous a obligés à tenir ce rythme. On aurait pu espacer. Ou en sauter un de temps en temps. Ou arrêter. Mais non. Depuis douze ans, tous les deux mois, un journal. Soixante-cinq numéros (avec le numéro zéro). C’est peu et beaucoup à la fois, surtout pour une petite équipe de branquignoles comme la nôtre. Vingt pages A3 tous les deux mois, c’est pas non plus l’amer à boire. Mais quand même : à chaque numéro, il y a plein de sujets commencés non-aboutis, et puis les articles qu’il faut terminer, décider lesquels paraîtront, les écrire, calibrer, réécrire, corriger, illustrer, maquetter, encore corriger, traquer le double espace, et enfin créer le PDF final. Souffler pendant les trois ou quatre jours d’impression et puis, les journées de distribution, de vente à la criée, d’envois, de réponses aux mails laissés dans le vent pendant des semaines. Après, une courte pause et replonger dans le numéro suivant. On se plaint pas hein, on raconte. À vrai dire, on est même plutôt heureux de se dépatouiller dans tout ce bordel.

    N’empêche qu’à chaque fois, les deux mois passent comme deux semaines, trop vite.
    C’était pas notre plan, il y a douze ans. Quand on a lancé ce canard, on avait bien marqué sur la une « parution à l’improviste  ». On voulait pas se mettre un boulet au pied. Quitte à être pas ou mal payés, autant ne pas avoir le stress du rétroplanning, autant avoir la liberté de pouvoir se perdre, de ne pas avoir une copie à rendre à date fixe.
    Mais en fait, au bout d’un moment on s’en est rendu compte : sans l’avoir planifié on sortait un journal tous les deux mois. Alors on a acté cette régularité. Le « parution à l’improviste » a laissé place sur la une du numéro 12 (octobre 2011) à « bimestriel à l’improviste » puis tout simplement à partir du numéro 13 « bimestriel ». Et depuis ce temps, cinquante numéros quand même, dix ans ma gueule, ça n’a pas changé.

    Le Postillon n’est plus «  à l’improviste », il est « bimestriel ». Pourquoi cette régularité ? Pour faire sérieux auprès des buralistes, des lecteurs ? Pour rassurer les abonnés ? Pour rentrer dans une case, pour être respectable ? Pour assurer quelques rentrées d’argent régulières et pouvoir (un peu) se payer ?

    Toujours est-il que dernièrement, on se sent un peu enfermés – notamment – par cette régularité. Il y a aussi les départs de certaines personnes, cette sordide psychose sanitaire et ses multiples prises de tête, l’indifférence croissante pour la presse papier en général, etc. Bref, on a un peu le sentiment de vivre une fin de cycle.

    Comment (se) donner de l’air, comment (se) surprendre ? Dans l’idéal, on aurait aimé changer la périodicité pour la réduire, passer en mensuel, ou en quinzomadaire, faire un journal sur le vif, plus nerveux, encore plus à l’arrach’ que maintenant, ruer dans les brancards. Jolis fantasmes mais force est de constater qu’on a pas les forces pour, en tout cas pour l’instant.

    Alors, à moyen terme, on va plutôt espacer. Faire des numéros plus conséquents mais moins souvent. Sûrement chambouler le format, le papier, la maquette (et donc aussi… le prix) [1]. À vrai dire on sait pas encore trop. Ce qui est sûr, c’est qu’on sortira un nouveau numéro spécial montagne avant l’été. Pour celui-là comme pour les prochains, on a surtout envie de retrouver le temps de se perdre.

Derniers articles en ligne

  • Big Brovert - la suite

    Contre toute attente, l’idylle continue entre la vidéosurveillance et les écolos au pouvoir. En avril dernier, le deuxième adjoint à la nature, la biodiversité et la fraîcheur, Gilles Namur avait clarifié : « Nous n’avons aucun problème avec la vidéosurveillance, ce qui est important pour nous c’est qu’elle serve à quelque chose. » S’ils n’en installent pas encore complètement partout, c’est donc à cause du rapport coût/bénéfices et non pas pour une certaine idée d’un monde sans surveillance. Le 8 juin, dans (...)

  • Grenoble ne peut pas accueillir tous les télétravailleurs du monde

    « L’essor du télétravail nous a permis de troquer Paris pour Grenoble et de gagner en qualité de vie. » Le 13 septembre, Le Point publie le témoignage du président d’une entreprise de logiciels qui vient d’emménager dans la cuvette : « Nous avons sauté le pas et déménagé cet été à Gières, une ville de 7 000 habitants, en banlieue de Grenoble. Depuis ma maison, je travaille avec une vue à 360 degrés sur les montagnes. Nous sommes passés d’un appartement de 120 mètres carrés, ce qui est déjà un luxe à Paris, à (...)

  • Et le bouche-à-oreille devint le clavier-à-écran

    Comment salir les belles choses – saison 432. Dans la dernière ligne droite de la campagne de la primaire écologiste, l’équipe d’Une certaine idée de demain, le fan-club de Piolle, a envoyé à tous ses sympathisants un message en les incitant à faire du « Bouche-à-Oreille ». Pourquoi pas ? Sauf que là, il ne s’agit pas de favoriser le hasard des rencontres improvisées, des discussions aléatoires et d’argumentaires personnalisés. Le bouche-à-oreille moderne consiste à faire comme d’habitude, c’est-à-dire (...)

  • Ramener les panneaux à la maison

    « Ici la région agit pour la montagne », « Ici la région agit pour votre commune »… On dirait qu’à chaque fois que la région Auvergne-Rhône Alpes finance un truc – un banc, une école, une station d’épuration, une start-up, une cabine téléphonique – elle pose un panneau dessus pour se faire connaître, comme un vulgaire sponsor sur un maillot cycliste. Il faut dire que la concurrence est rude : l’Union européenne, l’État, le Département ou les communes font trop souvent la même chose. Mais hé, ho ! c’est leur (...)

  • Polytech pollué : et après ?

    « Une mystérieuse pollution contraint Polytech à fermer » titre Le Daubé (4/6/2021) en se contentant de reprendre les éléments délivrés par l’UGA (Université Grenoble-Alpes). Mais derrière le communiqué de presse, il y a plein de questions intéressantes à se poser, et pas seulement parce que cette école est située juste à côté du site du futur centre commercial Neyrpic.

  • La cabine comme symbole du service public

    En ce printemps semi-confiné, il suffisait d’organiser à peu près n’importe quoi pour rameuter du monde. Le 30 avril, on avait annoncé un « concert de téléphone », à la dernière cabine téléphonique de Grenoble, au sein de la résidence universitaire du Rabot. Ce jour-là, il pleuvait, et malgré les 10 minutes de marche, une centaine de personnes a quand même répondu présent à notre invitation. Finalement la pluie s’est arrêtée juste avant le début de l’évènement, comme un signe du destin, et une dizaine de (...)

  • « Ils ont détruit ma vie »

    Régulièrement, dans Le Daubé, on apprend qu’un ouvrier a eu un grave accident au travail, entraînant sa mort ou des blessures graves. La plupart du temps, contrairement aux agressions, les brèves annonçant ces drames n’ont aucune suite : on ne sait jamais rien sur les causes de l’accident, les responsabilités de l’employeur, les galères et éventuels dédommagements de la victime. L’histoire de Mohamed est un cas d’école : après avoir subi un grave accident sur le chantier de la clinique du Dauphiné à Seyssins en 2016, il est tombé en pleine dépression et garde de grosses séquelles. Face au mépris de son ancien employeur et à la lenteur de la justice, il bataille toujours aujourd’hui pour obtenir réparation.

  • L’autoroute des lamentations

    Depuis deux ans, les habitants de la cuvette vivent sous le rythme, les contraintes, le bruit et la poussière du gigantesque chantier de l’A480. Ces douze kilomètres sont en travaux afin « d’accélérer la transition  » de l’autoroute de deux à trois voies. La solution pour en finir avec les fameux bouchons grenoblois pour beaucoup, et même pour les élus verts et rouges grenoblois qui ne se sont pas battus contre cette solution de « l’ancien monde ». Deux cyclistes du Postillon ont passé une journée à longer cette bande asphaltée, à observer la goudronnisation qui vient et recueillir les doléances des proches voisins de ce chantier.

  • Missiles made in cuvette

    Le saviez-vous ? Veurey-Voroize, charmante commune à quinze kilomètres de Grenoble, accueille, en plus du siège du Daubé, une charmante entreprise au nom de Lynred (anciennement Sofradir et Ulis). Spécialisée dans la technologie infrarouge, elle développe notamment la partie intelligente des missiles avant de les vendre à des clients plus ou moins recommandables. Dernièrement, certains de ses produits ont ainsi été achetés par l’armée turque, malgré son agression du peuple kurde et la promesse de la France de suspendre l’exportation de matériel militaire au dictateur Erdogan. Plongée dans une des fabriques à armes de guerre de la cuvette.

  • Les autistes entre de mauvaises mains

    À Coublevie se trouve la MAS du Guillon , gérée depuis 2018 par AFG Autisme. Influente au niveau national et local — l’association s’occupe d’une vingtaine de structures en France —, AFG prend en charge quarante résidents autistes près de Voiron. Ces derniers y cherchent de meilleures conditions d’accueil, mais ne trouvent que des problèmes : une direction tyrannique pousse les soignants à la fuite. Trente mois après l’arrivée d’AFG, les résidents ont vu passer cinq directeurs et six chefs de service différents. Alors ils souffrent, partent, ou attaquent AFG en justice.

0 | ... | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | ... | 1210