Actualités

  • Le Postillon fête ses 10 ans le 1er mai 2019

    Début des festivités :

    Rendez-vous à 14h devant la fontaine du lion et du serpent, quartier Saint-Laurent à Grenoble. Nous irons ensuite dans un lieu magique pour :

    • Un incroyable concert de la fanfare des Garces Embouchées
    • Le départ du grand jeu de piste à 15h

    Gateaux et bouteilles bienvenues ! Vélo conseillé pour le jeu de piste

    Poursuite des activités & soirée :

    Lieu : uN p’Tit véLo dAns La Tête, atelier du Campus à Saint-Martin-d’Hères
    À partir de 18h, tournoi de Cuvetta 2, le nouveau jeu pour exercer votre langue de bois grenobloise
    À partir de 20h, Bouffe et Piste de danse avec DJ Tocsin et DJ Otto Disque

    Des navettes à pédales seront affrétées à partir de 22h pour ramener des piétons vers le centre ville.

Derniers articles en ligne

  • « La sécurité sociale est un western. »

    La Sécu, les vautours et moi – les enjeux de la protection sociale : tel est le titre du dernier opus commis par deux enseignants-chercheurs de la cuvette, Nicolas Pinsault et Richard Monvoisin, aux éditions du Détour. Entre livre d’histoire, manuel pratique, essai politique, c’est avant tout un ouvrage jouissif qui dit l’urgence de se réapproprier une conquête sociale majeure avant qu’elle ne succombe, dépecée par les becs avides des charognards libéraux. Discussion avec Richard Monvoisin.

  • Mourir sans enrichir les vautours

    Grenoble ville innovante ? Il arrive fréquemment que notre pauvre vieille technopole soit en retard d’un train, et que des initiatives percutantes viennent d’ailleurs et pas d’ici. Pour cet épisode : comment aller au paradis sans enrichir des vautours ? À transposer dans la cuvette. Ou pas.

  • Balance ton (directeur de) daubé

    Ça doit être un oubli. Mais c’est embêtant quand même : les lecteurs du Dauphiné Libéré n’ont pas pu lire une information pourtant très intéressante. Ne voyons pas le mal partout : l’erreur est humaine.

  • La connerie du XXIème siècle

    C’est un des nombreux points communs entre les piollistes et les macronistes, et tous ceux qui n’ont que le mot « progrès » à la bouche : croire qu’il y a un sens de l’Histoire et qu’on avancerait forcément vers quelque chose de mieux. Alors pour vanter leur réalisation, tous disent souvent que c’est « du XXIème siècle », et puis pour critiquer leurs adversaires, ils répètent souvent que leurs arguments sont « du XXème siècle ».

  • Villard-Bonnot, terre maudite ?

    Triple peine à Villard-Bonnot. Nos lecteurs se souviennent que certains habitants de ce village du Grésivaudan doivent déjà subir les nuisances de Terralys.

  • Un campus policé ?

    À quand l’ouverture d’un master en maintien de l’ordre ? Ces derniers temps, on voit de plus en plus les flics sur le campus, par exemple pour protéger les conseils d’administration de l’université Grenoble-Alpes (UGA).

  • Silence imposé suite à un incident à la Villeneuve

    Sabrine habite à la Villeneuve et a un fils scolarisé en CE1/CE2 dans l’école des Trembles. École où il y a eu, le 26 janvier dernier un « incident loin d’être anodin ».

  • Colas-Roy : le menteur qui récidive

    Les lecteurs du Postillon s’en souviennent : Jean-Charles Colas-Roy est un fieffé menteur

  • Nongirac 2020

    En mai, on va fêter un gros cinquantenaire : la fin de la carrière de journaliste d’Alain Carignon. Connu par la suite pour une brillante carrière dans la corruption municipale, le jeune Carignon, 19 ans en 1968, écrivait pour l’Essor de l’Isère, un hebdomadaire catholique. C’est même lui qui « couvrait » les manifestations de mai 1968, tout en étant par ailleurs responsable de l’Union des jeunes pour le progrès, les jeunes gaullistes. Si certaines articles étaient marqués de son vrai patronyme, d’autres (...)

  • Olivier Véran & l’hôpital qui bout d’austérité

    On a l’impression que les pires choses arrivent inéluctablement. Que c’est le sens de l’histoire. Depuis une vingtaine d’années, par exemple, le système de santé français se dégrade petit à petit, entraînant des conditions de travail de plus en plus dures pour les soignants et « en même temps » des prises en charge de moindre qualité pour les soignés.
    Cette évolution n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, personne ne se présentera aux élections en disant « je veux flinguer l’hôpital public » ou « je veux que les vieux meurent dans leur caca dans des Ehpad en sous-effectifs ». Et pourtant cette évolution gouverne.
    Cette lente dégradation est la conséquence de choix politiques et économiques. Ces choix, ils sont faits par des humains, des vrais. Bien souvent, il n’y a pas de grands leaders, personne à désigner pour dire « c’est sa faute », mais plein de bons soldats qui chacun « font leur part ». Ils votent des baisses de budget, ils appellent sans cesse à des « réorganisations » ou « modernisations » guidées par la seule quête de la rentabilité, ils ignorent les contestations, ou les écoutent avec « bienveillance » sans rien remettre en cause. En Isère, on a un cas d’école avec Olivier Véran, le député macroniste de la première circonscription de l’Isère. Le bébé-Fioraso est également neurologue à l’hôpital de Grenoble, désormais dénommé Chuga (CHU-Grenoble Alpes). Alors l’hôpital il connaît bien, mais jusqu’à ce qu’une grave crise éclate cet automne à celui de Grenoble, il accompagnait avec zèle baisse du budget et libéralisation.

0 | ... | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | 120 | ... | 930