Actualités

  • Retrouver le temps de se perdre

    Pourquoi avons-nous tenu si longtemps ? Douze ans à faire un journal tous les deux mois, cinq par an avec la pause estivale. Une régularité de métronome. Une discipline à toute épreuve.

    Jamais rien ni personne ne nous a obligés à tenir ce rythme. On aurait pu espacer. Ou en sauter un de temps en temps. Ou arrêter. Mais non. Depuis douze ans, tous les deux mois, un journal. Soixante-cinq numéros (avec le numéro zéro). C’est peu et beaucoup à la fois, surtout pour une petite équipe de branquignoles comme la nôtre. Vingt pages A3 tous les deux mois, c’est pas non plus l’amer à boire. Mais quand même : à chaque numéro, il y a plein de sujets commencés non-aboutis, et puis les articles qu’il faut terminer, décider lesquels paraîtront, les écrire, calibrer, réécrire, corriger, illustrer, maquetter, encore corriger, traquer le double espace, et enfin créer le PDF final. Souffler pendant les trois ou quatre jours d’impression et puis, les journées de distribution, de vente à la criée, d’envois, de réponses aux mails laissés dans le vent pendant des semaines. Après, une courte pause et replonger dans le numéro suivant. On se plaint pas hein, on raconte. À vrai dire, on est même plutôt heureux de se dépatouiller dans tout ce bordel.

    N’empêche qu’à chaque fois, les deux mois passent comme deux semaines, trop vite.
    C’était pas notre plan, il y a douze ans. Quand on a lancé ce canard, on avait bien marqué sur la une « parution à l’improviste  ». On voulait pas se mettre un boulet au pied. Quitte à être pas ou mal payés, autant ne pas avoir le stress du rétroplanning, autant avoir la liberté de pouvoir se perdre, de ne pas avoir une copie à rendre à date fixe.
    Mais en fait, au bout d’un moment on s’en est rendu compte : sans l’avoir planifié on sortait un journal tous les deux mois. Alors on a acté cette régularité. Le « parution à l’improviste » a laissé place sur la une du numéro 12 (octobre 2011) à « bimestriel à l’improviste » puis tout simplement à partir du numéro 13 « bimestriel ». Et depuis ce temps, cinquante numéros quand même, dix ans ma gueule, ça n’a pas changé.

    Le Postillon n’est plus «  à l’improviste », il est « bimestriel ». Pourquoi cette régularité ? Pour faire sérieux auprès des buralistes, des lecteurs ? Pour rassurer les abonnés ? Pour rentrer dans une case, pour être respectable ? Pour assurer quelques rentrées d’argent régulières et pouvoir (un peu) se payer ?

    Toujours est-il que dernièrement, on se sent un peu enfermés – notamment – par cette régularité. Il y a aussi les départs de certaines personnes, cette sordide psychose sanitaire et ses multiples prises de tête, l’indifférence croissante pour la presse papier en général, etc. Bref, on a un peu le sentiment de vivre une fin de cycle.

    Comment (se) donner de l’air, comment (se) surprendre ? Dans l’idéal, on aurait aimé changer la périodicité pour la réduire, passer en mensuel, ou en quinzomadaire, faire un journal sur le vif, plus nerveux, encore plus à l’arrach’ que maintenant, ruer dans les brancards. Jolis fantasmes mais force est de constater qu’on a pas les forces pour, en tout cas pour l’instant.

    Alors, à moyen terme, on va plutôt espacer. Faire des numéros plus conséquents mais moins souvent. Sûrement chambouler le format, le papier, la maquette (et donc aussi… le prix) [1]. À vrai dire on sait pas encore trop. Ce qui est sûr, c’est qu’on sortira un nouveau numéro spécial montagne avant l’été. Pour celui-là comme pour les prochains, on a surtout envie de retrouver le temps de se perdre.

Derniers articles en ligne

  • La métropole en situation de handicap

    Joie de la politique politicienne. Depuis cet été, les politiques métropolitaines sont minées par la « guerre des gauches » à la Métropole, avec d’un côté les socialistes et affiliés et de l’autre les écolos et leurs soutiens. Si les deux camps appartiennent à la même majorité, leurs coups bas larvés minent tous les dossiers, des plus médiatiques aux plus consensuels. Il y a le dossier de la Clinique mutualiste, où Christophe Ferrari a décidé de préempter la vente des murs afin de doubler Éric Piolle sur sa (...)

  • Dernier t’Angot

    Après huit ans et deux mois de règne à la tête de la MC2 de Grenoble, Jean-Paul Angot a tiré sa révérence le 31 décembre dernier (voir notre article dans Le Postillon n°53). La semaine précédente, il avait fait ses adieux en « distanciel » à la cinquantaine de salariés de l’ex-Cargo dans un mail grandiloquent alternant poncifs (« ma foi inébranlable en l’art, et tout particulièrement le théâtre et le spectacle vivant » : sans compter celle en la subvention publique ?), déni (« il ne s’agit pas d’un départ mais (...)

  • Enfin un jardin à Saint-Martin-le-Vinoux !

    On le disait dans le dernier numéro : faire et défaire c’est toujours travailler. Si la mairie de Saint-Martin-le-Vinoux est enfin parvenue à raser les jardins ouvriers de la Buisserate pour mener à bien un projet immobilier (voir le numéro précédent), elle pourra bientôt s’enorgueillir de créer un nouveau jardin – pas vivrier cette fois, juste décoratif. C’est que le maire Sylvain Laval, qui a lancé les hostilités en ce mois de novembre en venant faire une visite de sécurité inopinée dans la friche (...)

  • Ne télétravaillez jamais

    Dans son discours du 28 octobre annonçant le reconfinement, Macron demande aux entreprises de recourir au télétravail pour limiter la propagation du covid. Depuis, le gouvernement préconise jusqu’à 100 % du temps de travail à distance pour les métiers qui le permettent. La plupart du temps, les syndicats sont une courroie de transmission de cette directive et s’insurgent contre les directions qui ne le mettent pas assez vite en place. Trop focalisés, par réflexe, à déceler les défaillances des patrons dans leur obligation de limitation des risques, les syndicats risquent surtout de pousser l’organisation du travail vers un point de non-retour de l’éclatement des collectifs de travail.
    Certains syndicalistes voient dans le télétravail un piège tendu aux travailleurs. L’un d’eux nous a envoyé une tribune. Peu importe sa boîte, peu importe son organisation syndicale, l’alarme qu’il rédige ici peut résonner dans toutes les entreprises.

  • Spartoo, notre petit Amazon à nous

    Depuis le reconfinement, Amazon est devenu une cible récurrente. Faut dire que c’est facile : ce géant américain du commerce virtuel, dont le patron est l’homme le plus riche du monde, ne paie quasiment pas d’impôts en France en y réalisant 4,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Mais le problème avec Amazon réside-t-il seulement dans ce scandale ? 
    À Grenoble, on a Spartoo, le «  leader de la vente de chaussures en ligne en Europe  ». Et cette boîte a beau ne pas être américaine, ne pas avoir de patron milliardaire, et payer (a priori) ses impôts en France, ses pratiques sont tout autant détestables.

  • Perdre sa vie à la sauver

    « Rien n’est plus important que la vie humaine. » Le grand chef Macron s’est servi de ce poncif pour justifier le reconfinement et toutes les mesures coercitives prises. Mais quelle vie ? À quoi bon «  sauver des vies » si c’est pour avoir des vies sans intérêt ?

  • 72 heures, 150 kilomètres

    « On a envie de partir en reportage à vélo vers le Trièves, qu’est-ce que t’en penses ? » Je les voyais venir, Alice et Marcia, toutes deux au chômage, total pour l’une, partiel pour l’autre. Elles prétextaient un reportage pour aller pédaler trois jours au soleil de novembre, à bien plus d’un kilomètre de chez elles. Malgré la grosse ficelle, c’était une bonne idée : tous nos sujets sont rendus compliqués par le confinement. Pour nous, les biens essentiels ce sont les rencontres. Pourquoi ne pas péter le cadre et partir le nez au vent, discuter avec des gens au hasard comme dans le monde d’avant ? Aller humer l’air du confinement, savoir si c’est toujours possible de se faire inviter à manger ou dormir chez les gens, et étudier les questions que tout le monde se pose, ou presque : le masque ou pas ? Les gestes barrières ou les moments partagés à moins d’un mètre ? Le respect strict des règles ou les multiples arrangements ? Ces questions, sources d’interminables débats, créent pas mal de tensions entre amis ou en famille. Et même un peu entre Alice et Marcia, qui suite à leurs trois jours de pédalage n’avaient pas le même souvenir de certains moments vécus. Alors elles ont écrit ce reportage à quatre mains, Marcia au texte, et Alice aux notes de bas de page.

  • Le concierge et la vieille dame

    En 2012, on avait suivi quelques jours Michel, le concierge de la tour Vercors. L’une des trois emblématiques tours de la cuvette. Construites au milieu des années 60, du haut de leur hectomètre elles surplombent à l’ouest le commissariat de police et à l’est l’immense cimetière Saint-Roch. Verrues pour certains, emblèmes de l’architecture grenobloise pour d’autres, elles sont aujourd’hui classées « architecture contemporaine remarquable ». Mais les tours, on s’en tapait un peu à vrai dire.
    Nous, ce qui nous intéressait, c’était Michel et son quotidien. On avait observé et raconté, ses allers et retours chargé de poubelles sur roulettes, les changements d’ampoules sur les paliers, les coups de téléphone, son attente interminable dans sa loge l’après-midi, ses repas avec une vieille dame de l’immeuble, son parcours depuis son départ du Cameroun et sa lecture rituelle de L’Équipe.
    Qu’est-ce qu’est devenu Michel huit ans plus tard ? Il est toujours là. Et qu’est ce qui a changé ? Ben rien... Ah si deux trois petits trucs.

  • Big Isère is controling you

    Aimeriez-vous voir votre relevé de comptes épluché par une autorité administrative ? Depuis quelques années et l’accentuation de la chasse à la fraude aux prestations sociales, c’est ce que subissent nombre d’allocataires du RSA, obligés de fournir leurs relevés de comptes à la Caf (Caisse d’allocations familiales). En dernier recours, des agents de la Caf peuvent eux-mêmes fouiller dans les comptes des allocataires, sans leur consentement, grâce au fichier Ficoba, le Fichier national des comptes bancaires et assimilés. Une pratique également accessible à certains policiers ou certaines autres professions, mais pas aux agents du Département, dont dépend le versement des allocations. Et pourtant, des documents auxquels nous avons eu accès laissent à penser qu’une salariée du Département de l’Isère s’est servie de ce fichier. Cette personne embauchée par le Département afin de lutter « contre la fraude au RSA » a été « mise à disposition » par la gendarmerie. Un mélange des genres qui pose beaucoup de questions.

  • Stade des Alpes : sous perfusion par millions

    Le coût de construction du stade des Alpes à Grenoble – passé de 23 à 90 millions au moment de son inauguration en 2008 – avait déjà fait scandale. Depuis, l’argent public continue à se déverser sur cet énorme bâtiment, vide 99 % du temps. La Métropole a beau répéter sa volonté de « faire des économies » et changer de temps en temps de délégataire, ce stade est un puits sans fond qu’il s’agit de remplir : son histoire est émaillée de banqueroute et de subventions à six chiffres. Et c’est pas prêt de s’améliorer.

0 | ... | 80 | 90 | 100 | 110 | 120 | 130 | 140 | 150 | 160 | ... | 1210