Actualités

  • Procès Emmaüs : Le Postillon relaxé

    Le 26 mars dernier, on passait en procès au tribunal de Grenoble, après avoir été attaqué pour diffamation par Emmaüs Grenoble. Plus précisément par François Potin et Jean-Pierre Polidori, respectivement président et responsable d’Emmaüs Grenoble, dont les actes avaient été critiqués dans un article paru dans Le Postillon n°47 (automne 2018).

    Autant dire que quand on a reçu les citations à comparaître, on n’a pas été très fier. Avoir un procès contre un grand élu ou patron, c’est presque glorieux. Contre Emmaüs, c’est assez dépitant.

    Alors à l’époque, on leur avait écrit un mail, aux deux responsables d’Emmaüs.

    "On avait depuis longtemps entendu la rumeur d’une attaque judiciaire, mais on se disait "non, ce serait stupide de leur part".

    En attendant, on n’avait pas mis l’article en question sur Internet, comme on aurait dû le faire il y a trois semaines. Parce que comme mentionné dans l’article ce n’était pas un "plaisir" pour nous d’écrire un article sur Emmaüs : attaquer une structure sociale, c’est pas notre ligne éditoriale. Seulement, vu tous les témoignages parvenus, on ne pouvait pas éviter ce sujet. On l’a fait de la manière qu’on a estimé la plus juste - et on sait que vous n’êtes pas d’accord avec cette "justesse". On l’a fait en espérant "rafraîchir des idées" et apaiser la situation, sans vouloir s’étendre sur ce sujet et faire de la lutte contre les dirigeants d’Emmaüs un étendard. Ne pas mettre l’article sur Internet était aussi une manière de montrer cette volonté : sans existence numérique dans trois mois tout le monde aura oublié ce papier et vous pourrez continuer vos activités sans autre question dérangeante.

    Visiblement, vous ne voulez pas en rester là. On n’est pas bien placé pour juger, mais on pense que ce n’est pas stratégique de votre part.

    Car si vous nous attaquez, on va mettre l’article sur Internet, coller des affiches qui parleront de ce sujet, faire des nouveaux dessins, des nouvelles caricatures : dans les prochains mois, on parlera forcément beaucoup d’Emmaüs, et donc de vous.

    Quelle que soit l’issue du procès, je ne pense pas que cela vous fasse de la bonne publicité. Surtout qu’on est confiants à propos de la solidité de notre dossier.

    Si en revanche vous abandonnez les poursuites, on ne parlera plus d’Emmaüs les prochains temps. Peut-être la meilleure des choses pour tout le monde."

    C’était une sorte de tentative de conciliation. Mais on a jamais eu de réponse à ce mail. Ou plutôt si : on a reçu une lettre recommandée de l’avocat d’Emmaüs nous expliquant que ses clients avaient pris ce mail comme une "menace".

    D’ailleurs il s’en est même servi pendant sa plaidoirie, en s’insurgeant contre nos "méthodes". S’il est insupportable pour lui qu’on puisse diffamer Emmaüs, il n’a contredit aucun des faits énoncés dans notre article, et pour cause : on n’a fait que retranscrire la vérité.
    Son argumentaire n’a pas convaincu madame la juge : ce 14 mai, elle nous a entièrement relaxés.
    De plus elle a condamné François Potin et Jean-Pierre Polidori à nous verser 1000 euros solidairement en guise de "dommages et intérêts". Comme nous nous y étions engagés, nous reverserons cette somme, une fois déduits nos frais de justice, à Emmaüs.

    La morale de cette histoire, c’est qu’il vaut mieux suivre les conseils du Postillon. Si messieurs Potin et Polidori hésitent à faire appel, on espère qu’ils tireront les leçons de cette morale.

    Afin que chacun puisse se faire son avis, nous mettons donc l’article incriminé en ligne. Bonne lecture !

    https://www.lepostillon.org/Ou-va-Emmaus-Grenoble-1027.html

Derniers articles en ligne

  • « J’aimerais mieux être morte cent fois que vous me puissiez baiser »

    Le Postillon remonte le temps. En 1600, dans la campagne à trente kilomètres de Grenoble, trois « chevaliers » ont agressé trois jeunes bergères. Quatre siècles avant #BalanceTonPorc, une longue enquête allait être menée, résumée ici grâce à quatre-vingts manuscrits et grâce à Michèle qui les a déchiffrés.

  • Intrusif, ça rime avec maif

    Plusieurs lecteurs du Postillon nous ont renvoyé l’invitation, intrigués : le 11 octobre, la Maif invitait ses sociétaires à une « conférence-expérience » autour de l’intelligence artificielle au Prisme de Seyssins. Pourquoi « l’assureur militant  » s’empare-t-il de ce thème ? Pour les assureurs comme pour plein d’autres industriels, l’intelligence artificielle (IA) est une opportunité de dématérialisation, de business, et de construction du meilleur des mondes. Mais bizarrement, il n’a pas été question de ces perspectives lors de cette soirée. Le Postillon rattrape cet oubli.

  • Courrier des Lecteurs

    Les vieux comme miroir de notre humanité
    « Infirmière en EHPAD, passionnée par la gériatrie, j’ai été très émue de lire le témoignage de Jeanne B. sur le décès de son mari. Émue et révoltée car je sais à quel point tout cela est vrai. (…) La gériatrie est le parent pauvre de notre système de santé. À une époque, elle était considérée comme une punition pour les mauvais professionnels. Aujourd’hui, nous sommes considérés comme des sous-soignants. Pourquoi ? Parce que comme vous le dites si bien, « on ne considère (...)

  • Adieu au prince des bas-fonds

    Et tout à coup, une saloperie de choc frontal. Et tout à coup, plus de survet’, de frontale toujours au cou, de démarche chaloupée débonnaire, de concerts improbables de groupes moldaves ou ouzbeks, de tournées organisées à l’arrache, de volonté d’unir les gens pas pareils, de coordination anarchiste grenobloise voire mondiale, de plans foireux assumés, de longs textes obscurs, d’autodérision désarmante, de discussions sauvages, de soirées glaciales et chaleureuses dans les cabanes de Roybon, de (...)

  • #ParlerAvecSonVoisin

    L’invasion des smartphones et le développement de la Smart city vont permettre de réaliser des grands pas pour l’humanité ! Dernière innovation : réussir à échanger avec ses voisins, grâce au « logement connecté » mis en œuvre par Bouygues Immobilier dans l’écoquartier Daudet à Saint-Martin-d’Hères. Le Daubé (23/09/2018) nous renseigne sur les possibilités révolutionnaires offertes par ces éco-logements. Outre le pilotage du chauffage, de l’éclairage et des volets à distance (remarquez le caractère écolo de (...)

  • Geneviève Fioraso n’a pas été mise à jour

    Croisée sur le marché de l’Estacade, Geneviève Fioraso a eu une remontée d’aigreur en voyant notre Une du dernier numéro « Ingénieurs : pourquoi ? ». « Pourquoi ? a aboyé l’ancienne ministre sans prendre le temps de s’arrêter. Parce que ça fait de l’emploi, parce que ça fait vivre des familles. » Et puis elle est partie comme elle était venue, sans plus développer son argumentaire subtil. Une rhétorique « hi-tech = emplois = bonheur = pas d’autres questions » peu originale et pas mise à jour depuis des années. (...)

  • Les lieux ferment, la ville chiante progresse

    Les gens qui font la fête, ça empêche de regarder tranquillement les écrans. Dans 90 % des rues grenobloises, il n’y a heureusement pas de bruit d’humains après 22 heures, juste le doux bruit des moteurs. Hélas, il reste encore quelques endroits où les gens sortent, boivent, parlent, crient. Quel scandale ! Autour de la place Notre Dame, ça fait des dizaines d’années qu’il y a des bars et des étudiants bourrés. Mais depuis quelques temps, de courageux voisins enchaînent les pétitions pour faire fermer (...)

  • Quizz démoniaque

    Qui a dit ça ?
    « Les autres habitants du quartier Saint-Bruno préfèrent se murer dans le silence, se terrer chez eux, volets fermés, plutôt que de risquer des représailles. Comme s’ils étaient ‘‘résignés à l’enfer’’. » A. Bruno de Lescure, président de l’Union de quartier, à propos de la requalification de la place Saint-Bruno menée par la mairie. B. Valeurs actuelles, au sujet des activités du Centre social Tchoukar du 38 rue d’Alembert. C. Les Affiches, à propos du déménagement du Daubé à Bouchayer-Viallet. (...)

  • La noix connectée - Hydrao

    C’est vrai que des douches, j’en prends pas tous les jours. Certains trouvent ça sale, je réponds que j’aime bien mon odeur et que je gaspille moins d’eau. Pour autant, je ne félicite pas les concepteurs d’Hydrao, une innovation visant à « consommer moins d’eau » sous la douche. Le concept, c’est un « pommeau de douche connecté » qui « change de couleur dès lors qu’un certain volume d’eau s’est écoulé ». Au bout de dix litres consommés, le pommeau s’éclaire en bleu, au bout de cinquante litres, en rouge, etc. (...)

  • A480 : on a trouvé les derniers climato-sceptiques…

    « Les conclusions du Giec sont actuellement contredites par un certain nombre de scientifiques. Qui croire alors ? » Ces propos ne sont pas issus d’une discussion à la machine à café d’une start-up, mais sont écrits par des commissaires-enquêteurs. Ceux qui viennent de pondre le rapport sur la « demande d’autorisation environnementale » pour l’agrandissement de l’autoroute A480, l’autoroute urbaine grenobloise. Vu que plusieurs avis d’habitants hostiles à cet agrandissement leur rappellent les rapports (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 940