Actualités

  • Retrouver le temps de se perdre

    Pourquoi avons-nous tenu si longtemps ? Douze ans à faire un journal tous les deux mois, cinq par an avec la pause estivale. Une régularité de métronome. Une discipline à toute épreuve.

    Jamais rien ni personne ne nous a obligés à tenir ce rythme. On aurait pu espacer. Ou en sauter un de temps en temps. Ou arrêter. Mais non. Depuis douze ans, tous les deux mois, un journal. Soixante-cinq numéros (avec le numéro zéro). C’est peu et beaucoup à la fois, surtout pour une petite équipe de branquignoles comme la nôtre. Vingt pages A3 tous les deux mois, c’est pas non plus l’amer à boire. Mais quand même : à chaque numéro, il y a plein de sujets commencés non-aboutis, et puis les articles qu’il faut terminer, décider lesquels paraîtront, les écrire, calibrer, réécrire, corriger, illustrer, maquetter, encore corriger, traquer le double espace, et enfin créer le PDF final. Souffler pendant les trois ou quatre jours d’impression et puis, les journées de distribution, de vente à la criée, d’envois, de réponses aux mails laissés dans le vent pendant des semaines. Après, une courte pause et replonger dans le numéro suivant. On se plaint pas hein, on raconte. À vrai dire, on est même plutôt heureux de se dépatouiller dans tout ce bordel.

    N’empêche qu’à chaque fois, les deux mois passent comme deux semaines, trop vite.
    C’était pas notre plan, il y a douze ans. Quand on a lancé ce canard, on avait bien marqué sur la une « parution à l’improviste  ». On voulait pas se mettre un boulet au pied. Quitte à être pas ou mal payés, autant ne pas avoir le stress du rétroplanning, autant avoir la liberté de pouvoir se perdre, de ne pas avoir une copie à rendre à date fixe.
    Mais en fait, au bout d’un moment on s’en est rendu compte : sans l’avoir planifié on sortait un journal tous les deux mois. Alors on a acté cette régularité. Le « parution à l’improviste » a laissé place sur la une du numéro 12 (octobre 2011) à « bimestriel à l’improviste » puis tout simplement à partir du numéro 13 « bimestriel ». Et depuis ce temps, cinquante numéros quand même, dix ans ma gueule, ça n’a pas changé.

    Le Postillon n’est plus «  à l’improviste », il est « bimestriel ». Pourquoi cette régularité ? Pour faire sérieux auprès des buralistes, des lecteurs ? Pour rassurer les abonnés ? Pour rentrer dans une case, pour être respectable ? Pour assurer quelques rentrées d’argent régulières et pouvoir (un peu) se payer ?

    Toujours est-il que dernièrement, on se sent un peu enfermés – notamment – par cette régularité. Il y a aussi les départs de certaines personnes, cette sordide psychose sanitaire et ses multiples prises de tête, l’indifférence croissante pour la presse papier en général, etc. Bref, on a un peu le sentiment de vivre une fin de cycle.

    Comment (se) donner de l’air, comment (se) surprendre ? Dans l’idéal, on aurait aimé changer la périodicité pour la réduire, passer en mensuel, ou en quinzomadaire, faire un journal sur le vif, plus nerveux, encore plus à l’arrach’ que maintenant, ruer dans les brancards. Jolis fantasmes mais force est de constater qu’on a pas les forces pour, en tout cas pour l’instant.

    Alors, à moyen terme, on va plutôt espacer. Faire des numéros plus conséquents mais moins souvent. Sûrement chambouler le format, le papier, la maquette (et donc aussi… le prix) [1]. À vrai dire on sait pas encore trop. Ce qui est sûr, c’est qu’on sortira un nouveau numéro spécial montagne avant l’été. Pour celui-là comme pour les prochains, on a surtout envie de retrouver le temps de se perdre.

Derniers articles en ligne

  • Pierre Mériaux, l’inspecteur la raideur

    Pour beaucoup, le parcours de Pierre Mériaux est incompréhensible. En tant que simple inspecteur du travail, il est souvent respecté des syndicalistes et des salariés en lutte. Depuis qu’il est aussi élu écologiste, et d’autant plus en tant qu’adjoint au personnel depuis 2020, il est haï par nombre de syndicalistes et d’employés municipaux, qui font souvent face à son intransigeance et son « agressivité ». Les bibliothécaires grenobloises, toujours en lutte contre le contrôle du passe sanitaire, mettent l’impasse actuelle de leur mobilisation sur le compte de sa rigidité. À travers le récit de ce combat, Le Postillon tente d’éclaircir le « mystère » Mériaux.

  • Le Chocolatier, Le Presseur et Le Policier

    C’est une histoire croquignolesque, qui pourrait être vue comme un banal fait‑divers. Mais les personnalités impliquées et l’absence totale de médiatisation (notamment de la part du Daubé) en font un cas d’école du « deux poids deux mesures » du traitement de « l’ensauvagement » et des violences contre les policiers.

  • Trempette dans le Verderet

    Pour nous autres explorateurs urbains, amateurs et amatrices de lieux sous terre, Grenoble est d’une tristesse ! Alors que Lyon et Paris sont truffées de souterrains, catacombes, de carrières abandonnées où aller se promener, boire des canons et faire la fête clandestinement, à Grenoble même, on ne trouve rien sous terre (1), de par la proximité avec la nappe phréatique.
    Halte au fatalisme ! Dans cette série, nous sommes partis à la recherche de ces lieux dissimulés sous nos pieds. Galeries, égouts, cachettes oubliées, où se perdre, où dénicher un autre point de vue sur la ville, où s’aimer. Premier épisode : le Verderet.

  • La rupture de barrage

    Le saviez-vous ? Parmi les onze grands barrages de Rhône-Alpes, dix d’entre eux pourraient, en cas de rupture, libérer une énorme vague touchant de manière plus ou moins importante Grenoble, renouant ainsi avec l’histoire ancestrale - interrompue depuis un siècle et demi - des inondations dans la cuvette. Alors quelle serait la « pire » rupture de barrage ?

  • Allô Allô Allô Allô

    Le 22 octobre dernier, l’Oirct (observatoire international pour la réinstallation des cabines téléphoniques) organisait une journée de cabine téléphonique mobile qui a rencontré un certain succès, au moins médiatique, avec des articles dans Le Dauphiné Libéré, Place Gre’net ou L’âge de faire. Il y a eu beaucoup d’appels passés depuis la cabine téléphonique – remorque à vélo qui s’est posée un peu place Saint-Bruno, un peu boulevard Joseph Vallier et un peu square Docteur Martin. C’est vrai qu’il y a eu surtout (...)

  • Dans la boîte aux lettres

    Les bus comme zones de non-droit « Le jeudi 4 novembre nous nous présentons pour embarquer dans un bus BlaBlaCar sur la ligne régulière de 11 heures pour un trajet Grenoble-Lyon. Vous me direz : “Pourquoi pas le rail ?” Disons que le bus était un bon compromis prix/écologie/mutualisation des transports mais là n’est pas l’objet de notre missive. Au moment d’embarquer, à notre grande surprise, la conductrice du bus nous demande de présenter un sacro-saint passe sanitaire alors que le bus « intrarégional (...)

  • Des rivières gonflées de larmes

    Voilà deux ans (Le Postillon n°51), on avait tiré le portrait de Gaspard Forest, un ancien bûcheron reconverti en nettoyeur bénévole des rivières. Fallait le voir, ce gaillard plein de muscles, treuiller des carcasses de bagnoles et de machines à laver hors de la flotte avant de les poser sur le bord de la route pour interpeller les pouvoirs publics. Si son combat solitaire et atypique nous avait d’abord charmés, la suite, avec un très médiatique « pacte dépollution rivière » signé par plein de (...)

  • Feel Mining

    Mi-novembre s’est déroulée la quatrième édition du festival Transfo, l’évènement de geeks qui ambitionne – ô comble de l’originalité – « de faire de Grenoble une capitale de l’innovation, des nouvelles technologies, du numérique et du futur ». Cet évènement soutenu par la Métropole a notamment fait la promotion, pour parler du « futur de la finance », des cryptomonnaies et de l’entreprise grenobloise Feel Mining. Cette société vend « des solutions d’investissement dans le domaine de la blockchain et des (...)

  • MJC : Maison du Jeu politique et des Copinages

    Coup de tonnerre à Fontaine ! Après 60 ans d’activité, la MJC Nelson Mandela vient d’être évincée par la mairie, rejoignant ainsi la longue liste des MJC aux portes fermées dans la cuvette (après Saint-Martin-d’Hères l’année dernière, celle de Voreppe est également sur la sellette). Faut dire que la nouvelle municipalité, de droite plus ou moins molle, voulait se débarrasser de cette association dont le conseil d’administration est rempli de communistes, anciennement au pouvoir municipal depuis (...)

  • Classement mondial des villes qui font de la merde : Grenoble 49ème !

    Il en faut peu pour contenter Christophe Ferrari, PDG de la Métropole Grenoble Alpes. Par exemple un obscur classement réalisé par une obscure boîte baptisée Finom. Cette « néobanque 100 % en ligne qui veut faciliter la vie des entrepreneurs et des indépendants » vient de publier un « classement des villes les plus innovantes du monde » mettant Grenoble au 49ème rang. « #Grenoble s’inscrit parmi les 50 villes les + innovantes au monde, 2ème sur le podium des 3 villes françaises au classement ! (...)

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1210